Les prix de l’immobilier repartent à la hausse

Partagez

Les prix de l'immobilier ancien ont progressé de 2,9% au cours des trois derniers mois, selon le dernier baromètre LPI – Se Loger. La plupart des grandes villes sont impactées. La remontée des prix devrait s'accélérer dans les mois à venir.

 
Bonne nouvelle pour les vendeurs, les prix remontent

Les vendeurs peuvent se frotter les mains. De mars à mai 2015, les prix de l'immobilier ancien ont augmenté de 2,9% en moyenne selon le dernier baromètre LPI – Se Loger, diffusé jeudi 25 juin. Cette hausse s'applique aussi bien aux prix de vente réels, inscrits dans l'acte authentique, qu'aux prix affichés dans les annonces. La hausse affecte toutefois bien davantage le marché des maisons (+5,2%) que celui des appartements (+1,5%).

Des prix plus bas qu'il y a un an presque partout

« Dans les prochains mois, l'activité du marché va encore progresser et la remontée des prix devrait encore s'accélérer », souligne le baromètre. Il rappelle toutefois que si les prix ont augmenté sur les derniers mois, à la faveur d'une reprise des ventes, ils restent toujours inférieurs à ceux observés l'an passé à la même époque : sur un an, les prix de vente dans l'ancien sont ainsi en baisse de 1% en moyenne (-0,9% sur les appartements, -1,3% sur les maisons). Pour autant, certaines localités contredisent cette tendance puisque « sur douze mois, les prix signés augmentent sur Aix-en-Provence, Besançon, Dijon ou Metz ».

Dans le détail, le récent redressement des prix touche la plupart des grandes villes. Sur le marché des appartements anciens, 69% des villes de plus de 150.000 habitants sont impactées, en sachant que la progression des prix est de l'ordre de 3% sur trois mois « presque partout, sauf sur Bordeaux et Paris où la hausse est d'un peu moins de 1% ». De même, Marseille et Nice sont à classer parmi les exceptions puisque les prix des appartements anciens y sont « pratiquement stabilisés ». En revanche, les prix restent orientés à la baisse au Havre ainsi qu'à Rennes ou encore Toulon, des villes « où le marché hésite encore » selon le baromètre.

 

Moins de marges de négociation

Illustration d’un marché plus favorable aux vendeurs, la marge de négociation des acquéreurs se réduit. Alors qu’elle avait atteint un pic au premier trimestre 2015, la marge sur le prix des appartements a diminué sur les trois derniers mois pour se situe à 4,1% en moyenne, contre 5,5% sur le marché des maisons. Suivant les régions, les marges varient de 10% (Champagne-Ardenne, Limousin) à 4% (Alsace, Ile-de-France, Midi-Pyrénées).

 

Les prix de l'immobilier Baromètre LPI-Seloger juin 2015 publié par SeLoger


 

les articles les plus lus

1. Les étapes à suivre pour l'achat d'un appartement ou d'une maison
2. Loi Elan : à quoi correspond le bail mobilité ?

Réseaux Sociaux