Les professionnels de l’immobilier parient sur des prix stables

Partagez

Les professionnels de l'immobilier retrouvent le sourire en 2015, selon un baromètre publié par le Crédit Foncier. Ils tablent en majorité sur une stabilité des prix, un constat qui vaut aussi bien pour l'immobilier neuf que les logements anciens.

 
Les professionnels ne croient pas à une future baisse des prix

Comme dans bien d'autres domaines, la confiance est un moteur fort du marché immobilier. Et si l'on en croit les professionnels du secteur interrogés par le Crédit Foncier, les choses vont de mieux en mieux. D'après le baromètre du moral des professionnels de l'immobilier publié par l'établissement lundi 21 septembre 2015, 63% des 400 spécialistes interrogés se disent optimistes quant à l'évolution du marché immobilier sur les douze prochains mois. Une proportion en hausse par rapport aux précédentes enquêtes de mai (59%) et surtout janvier 2015 (35%).

Fin de la baisse des prix

L'optimisme des professionnels traduit quelque part celui de leurs clients. Sur les quatre derniers mois, ils ont davantage perçu ce sentiment chez les particuliers (37%) que de l'attentisme (36%) ou du pessimisme (23%). Et cela se ressent dans les chiffres : les réseaux d'agences immobilières et notaires observent ainsi une hausse des transactions dans l'immobilier ancien. Côté neuf, les ventes de maisons individuelles repartent à la hausse après quatre ans de baisse, tandis que le dispositif Pinel fait ses preuves auprès des investisseurs, puisque les acquisitions à ce titre ont grimpé de 66% au premier semestre.

Cette tendance s'explique par la conjoncture favorable à l'achat immobilier, avec des taux de crédit encore bien bas et des prix orientés à la baisse sur la première moitié de l'année. A ce titre, l'évolution des taux d'emprunt demeure le premier facteur cité par les professionnels qui voient l'avenir en rose (65%, contre 87% en mai avant la remontée des taux), devant l'évolution des prix (54%).

Sur ce dernier point, seuls 15% des professionnels s'attendent à de nouvelles diminutions dans les douze prochains mois, dans l'immobilier ancien comme dans le neuf. A l'inverse, ils sont 64% à anticiper un maintien des prix dans l'immobilier neuf et 48% dans l'ancien. Lors de la précédente enquête, ils tablaient au contraire en majorité sur une poursuite de la baisse des prix des logements anciens. Mais le retour des acquéreurs observé en 2015 a redonné du dynamisme au marché et devrait pousser les prix à la hausse dans les mois à venir, à des rythmes différents selon les villes. De quoi redonner le sourire aux professionnels...



 

Réseaux Sociaux