Le Pen, Macron : focus sur leurs propositions pour l’immobilier

Partagez

Emmanuel Macron et Marine Le Pen sont arrivés en tête du premier tour de l'élection présidentielle et s'affronteront en duel au second tour le 7 mai 2017. Le point sur leurs propositions respectives pour le logement et l'immobilier.

portail-elysee
 

Les Français ont fait leur choix. Dimanche 7 mai 2017, les électeurs devront départager Emmanuel Macron et Marine Le Pen, arrivés en tête du premier tour le 23 avril, pour désigner le prochain président de la République. Les deux candidats se distinguent sur de nombreux points et l'immobilier ne fait pas exception.

Macron plaide pour la stabilité...

Le candidat du mouvement En Marche ! ne promet pas de grande révolution pour le logement. Au contraire, l'ancien ministre de l'Economie arrivé en tête des suffrages du premier tour avec 24,01% des voix s'engage à instaurer davantage de stabilité au cadre fiscal et réglementaire de l'immobilier. Pour preuve, Emmanuel Macron a évoqué durant la campagne sa volonté de ne pas toucher à des sujets importants au début de son quinquennat comme :

L'encadrement des loyers : Emmanuel Macron propose un maintien dans l'immédiat suivi d'une évaluation du dispositif.
• Le dispositif de défiscalisation Pinel
• La fiscalité des plus-values immobilières.

A noter : le candidat d'En Marche ! n'entend pas bouleverser la législation sur les rapports locatifs mais propose néanmoins la création d'un nouveau type de bail de location plus flexible (durée d'un an, moins de protection pour le locataire) à destination des personnes en CDD ou contrat d'intérim.


... mais propose deux grandes nouveautés fiscales

Le vainqueur du premier tour s'est néanmoins fait remarquer sur le terrain de la fiscalité liée au logement avec deux propositions fortes. D'une part, Emmanuel Macron veut sortir 80% des foyers payant la taxe d'habitation du champ de l'impôt local. Une exonération lourde de conséquence pour les finances des collectivités locales, qui touchent le produit des impôts locaux, et dont la mise en œuvre devrait beaucoup faire parler si l'ancien ministre devenait locataire de l'Elysée.

D'autre part, l'ancien banquier d'affaires veut concentrer l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) sur le seul patrimoine immobilier, afin d'exclure les investissements productifs pour l'économie de l'assiette de l'ISF. Celui-ci deviendrait alors un IFI : impôt sur la fortune immobilière.

A noter : Emmanuel Macron propose une autre réforme un peu plus confidentielle en matière de fiscalité immobilière : la transformation du crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) en prime immédiate pour payer les travaux.


Marine Le Pen se concentre sur le logement social...

Le volet logement du programme de la présidente du Front National se concentre particulièrement sur le logement social. Dans ce domaine, la candidate qui a recueilli 21,30% des voix au premier tour propose d'appliquer ce qu'elle appelle la préférence nationale pour les attributions de logements sociaux. Dès lors, les attributions de logements sociaux bénéficieraient aux Français plutôt qu'à des ressortissants étrangers installés en France, indépendamment de leurs situations respectives (niveau de revenus, composition familiale, ...).

Les propositions du FN sur le logement social ne s'arrêtent pas là. La députée européenne affirme ainsi vouloir faciliter la vente du parc HLM à ses occupants. Autre point important de son programme : un renforcement de l'obligation de jouissance paisible pour les locataires qui s'exposeraient à une déchéance de bail dans le cas contraire.

... et promet plus d'aides et moins de fiscalité

Au-delà du logement social, Marine Le Pen maintient une ligne populiste pour sa politique du logement, promettant plus d'aides financières et moins de fiscalité. Côté aides, elle propose principalement de protéger les aides au logement (APL, ALS, ALF) en supprimant notamment la prise en compte du patrimoine dans le calcul des prestations. De plus, elle entend revaloriser les APL des moins de 27 ans de 25% si elle est élue présidente de la République.

En parallèle, la fille de Jean-Marie Le Pen promet de diminuer la taxe d'habitation pour les ménages les plus modestes. Surtout, elle s'engage à geler son augmentation dans le temps, une proposition qui, comme celle d'Emmanuel Macron, risque de déplaire aux collectivités locales. Dans le même ordre d'idée, la candidate du Front National entend diminuer les droits de mutation acquittés sur un achat immobilier de 10%. Là encore, l'impact serait important pour les départements qui perçoivent une large partie de ces droits désignés à tort comme les frais de notaire.

Pour aller plus loin sur la Présidentielle 2017
Présidentielle 2017 : Macron et Le Pen aux antipodes sur la retraite
Impôts : le programme d'Emmanuel Macron // le programme de Marine Le Pen



 

les articles les plus lus

1. Comment vendre rapidement son appartement ou sa maison sans agence ?
2. Le droit de préemption de la commune, comment ça marche ?
3. APL étudiant 2017 : conditions, simulation et demande
4. Le droit de préemption du locataire

Réseaux Sociaux