Les ventes de logements neufs ont chuté de 17,9% en 2012


Les ventes de logements neufs se sont effondrées de 17,9% en 2012, avec 86.212 transactions enregistrées par le ministère du Logement. La chute des ventes, tant pour les appartements que les maisons, s'est même accentuée sur la fin de l'année.

logements, neufs, ventes, prix

Le secteur du logement s’enfonce toujours plus dans la crise. Les dernières statistiques du Commissariat général au développement durable relèvent en effet que les ventes de logements neufs ont chuté de 17,9% en 2012, pour se limiter à seulement 86.212 transactions.

Le nombre de transactions d’appartements enregistrées sur l’ensemble de l’année s’est contracté dans les mêmes proportions (-17,9%) pour un total de 77.900 réservations, notamment sous l’effet de la hausse des prix, et d’un pic au second trimestre à 3.943 euros le mètre carré. Cette diminution de l’activité sur le secteur a été accompagnée d’une baisse de 12% du nombre de logements mis en vente, qui « s’est accentuée sur le dernier trimestre 2012 qui se situe à – 34,7 % par rapport au quatrième trimestre 2011 », précise même le document dévoilé par le ministère du Logement mardi 26 février.

Des ventes moindres et plus longues

« Outre la chute des mises en vente, l’offre s’adapte à la demande, majoritairement en abandonnant des programmes de construction ou en les réorientant pour une plus faible part vers d’autres cibles que de la vente à des particuliers (location, vente en globalité, etc.) », poursuit l’étude. Preuve des difficultés que rencontrent les professionnels du secteur pour liquider leurs encours de logements, en hausse de 22,7%, le délai d’écoulement s’établit à 4 trimestres à fin 2012. Il était de 2,4 trimestres un an plus tôt.

Le secteur des maisons individuelles est également touché par la pénurie d’acheteurs, puisque les transactions effectives s’effondrent de 18,2% sur une année avec 8.359 logements vendus. A l’instar des appartements, l’encours de maisons explose de 17,4% sur un an à fin décembre 2012, avec 10.100 logements disponibles. Le délai d’écoulement de ces « habitats individuels groupés » s’envole également, de 3,2 trimestres fin 2011 à 4,9 trimestres un an plus tard.

Toutes les régions concernées

Le constat de la chute des transactions et de la baisse des mises en vente s’applique à l’ensemble des départements de métropole, à l’exception du Nord-Pas-de-Calais pour lequel les transactions restent quasi-stables, à +0,4%, tandis que les mises en vente connaissent une forte augmentation (+18,5%). Conséquence, les encours de logements progressent très sensiblement dans de nombreuses régions, de 52% en Pays de la Loire, de 45% en Aquitaine, de 44% en Haute-Normandie, ou encore de 40% en Île-de-France.

Les statistiques du logement neuf devraient continuer de se détériorer en 2013. En effet, les mises en vente ont chuté de plus belle au 4ème trimestre 2012 (-34,3%) tandis que les réservations à la vente ont périclité de 28%. Les chiffres de la construction de logements sont également peu encourageants. Car si le nombre de mises en chantier a augmenté de 2,6% entre novembre 2012 et janvier 2013, le nombre de permis de construire délivrés s’est contracté de 1,9% sur un trimestre et de 18,3% par rapport à la même période un an plus tôt…

 

Sur le même sujet
Pourquoi la reprise ne sera pas au rendez-vous en 2014