Logement : Bordeaux en tête des villes préférées pour vivre et investir


Si les Français restent attachés à la ville où ils sont déjà installés, ils sont presque tout autant partants pour déménager là où il fait bon vivre. A ce petit jeu, Bordeaux figure en tête du palmarès 2015 établi par le réseau Guy Hoquet, que ce soit pour y vivre ou pour investir.  

Bordeaux favorite des Français pour vivre et investir

Partir, mais pour aller où ? Les Français interrogés par le réseau Guy Hoquet* sont partagés. 43% des sondés affirment ainsi vouloir rester dans la même ville s’ils devaient acheter un nouveau logement, d’après l’étude dévoilée lundi 14 septembre 2015. Un sentiment davantage prononcé chez les 35-49 ans (47%) et les habitants des agglomérations de plus de 100.000 habitants (53%). Mais dans le même temps, les personnes interrogées, qui pouvaient choisir deux réponses, sont 41% à déclarer qu’elles déménageraient bien dans une ville où il fait bon vivre, une idée qui plait particulièrement aux 50-64 ans (48%) ainsi qu’aux résidents de l’agglomération parisienne (47%).

Le Sud et l’Ouest dominent

Quitte à partir, les Français ont leurs destinations préférées. Bordeaux, citée par 35% des sondés sur le podium des villes les plus attractives à vivre, devance ainsi confortablement Aix-en-Provence et Toulouse, mentionnées dans 27% des cas. Montpellier (26%) et Nantes (21%) complètent le top 5 des villes perçues comme étant les plus agréables. On peut ainsi noter que si le classement a changé depuis 2013, année durant laquelle Montpellier était jugée plus attirante devant Bordeaux et Toulouse, les cinq mêmes villes terminent en haut du panier.

Et pour investir dans l’immobilier, les préférences des Français ne varient pas beaucoup… Bordeaux, évoquée dans 30% des réponses, figure une nouvelle fois en tête. Elle devance cette fois Montpellier (25%) puis Aix-en-Provence et Toulouse (24%). Seul changement notable d’un top 5 à l’autre, Paris (23%) ferme le ban des destinations préférées des investisseurs, devant Lyon et Nantes (19%). Et ce, en dépit de prix immobiliers bien plus élevés que la moyenne dans la capitale ou de l’instauration de l’encadrement des loyers

*Sondage mené par l’institut CSA sur un échantillon national représentatif de 1.002 personnes âgées de 18 ans et plus.