Logement : mobilisation contre les expulsions locatives


Alors que la trêve hivernale des expulsions locatives a pris fin lundi 1er avril 2013, les associations comme Droit au logement (DAL) et le Parti communiste dénoncent la reprise des évacuations. Les associations demandent un moratoire.

logement, expulsions, locatives

 

La fin de la trêve hivernale a été repoussée de quinze jours, du 15 mars au 1er avril 2013, mais le débat sur les expulsions locatives ne devrait que commencer. En effet, avec l’échéance de la trêve qui marque la reprise des expulsions, les associations de lutte contre le mal-logement se font entendre. L’association Droit au logement (DAL) était notamment dans la rue lundi 1er avril pour réclamer un moratoire sur les expulsions locatives en 2013. Le collectif de manifestants, qui s’est arrêté au niveau du siège de Parti socialiste à Paris, rue de Solférino, a notamment exigé « que les lois s’appliquent », évoquant en particulier les dispositions pour la réquisition de logements vides.

De son côté, le Parti communiste français (PCF) demande au gouvernement « un véritable plan Marshall pour résoudre la crise du logement » et dénonce dans un communiqué « une pratique inhumaine et indigne de la France » à propos des expulsions locatives. Le PCF, membre du Front de Gauche, affirme notamment que « plus de 9 fois sur 10, les victimes d’expulsion sont des familles touchées par la précarité, le chômage ou un accident de la vie ». « Un gouvernement élu par le peuple de gauche ne peut dignement pas s’exonérer de la politique humaniste que l’on attend de lui », préviennent les communistes, dont le soutien au Sénat est indispensable pour que le gouvernement puisse compter sur une majorité absolue. Le PCF avance notamment un meilleur contrôle des prix du foncier ainsi qu’une « incitation de l’épargne sur le Livret A » comme pistes à explorer dans la résolution de la crise du logement.

LA GURL va faire parler

Du côté du gouvernement, le discours ne change pas. La ministre du Logement Cécile Duflot, invitée dimanche 31 mars 2013 sur Europe 1, a réitéré travailler sur « une garantie universelle des loyers qui permettra de sécuriser les propriétaires, d’éviter les expulsions, en les prévenant très longtemps en amont avant que les impayés se soient accumulés, mais aussi de faciliter l’accès au logement ». Cette garantie universelle des risques locatifs, ou GURL, devrait être intégrée au projet de loi Logement et urbanisme qui doit être présenté en conseil des ministres au mois de juin 2013, sachant que les parlementaires pourraient voter le texte dès cet été.

A ce jour, les modalités précises de la GURL ne sont pas connues. La plus grande inconnue soulevée reste la question du financement d’une telle garantie, sachant qu’un prélèvement sur les loyers perçus par les propriétaires-bailleurs n’est pas écarté. Les négociations devrait être tendues entre représentants de locataires, comme la Confédération nationale du logement (lire l’interview), et les représentants de propriétaires, comme l’Union nationale pour la propriété immobilière (lire l’interview) ou la Chambre des propriétaires.

A titre d’illustration des positions de chacun, alors que les associations de locataires et de droit au logement plaident pour la fin des expulsions locatives, l’Unpi entend favoriser la suppression pure et simple de la notion de trêve hivernale, estimant notamment qu’ « il est plus facile de reloger tout au long de l’année plutôt que sur une période réduite ».

 

A lire également sur le sujet :

Les professionnels de la location inquiets des projets de Cécile Duflot
La garantie universelle des loyers en place dès 2014 ?