Logement : près d’un million de jeunes revenus vivre chez leurs parents


4,5 millions de majeurs vivent chez leurs parents selon un rapport publié samedi 5 décembre 2015 par la fondation Abbé Pierre. Près d'un million d'entre eux ont vécu dans un logement indépendant avant de revenir occuper le domicile familial.  

Les « Tanguy » inquiètent la fondation Abbé Pierre

Quitter le cocon familial n’est pas facile, surtout quand on peine à se loger ailleurs. Une étude de la fondation Abbé Pierre intitulée « La face cachée des Tanguy » en référence au célèbre film montre que 4,5 millions de majeurs vivent chez leurs parents ou grands-parents, dont 1,3 million de jeunes âgés de plus de 25 ans.

Si on retrouve donc une large majorité de jeunes entre 18 à 24 ans, « le plus souvent des étudiants, élèves en formation ou stage non rémunérés », le rapport publié samedi 5 décembre 2015 explique que 841.000 personnes âgées de 25 à 34 ans occupaient le domicile familial en 2013*, de même que 479.000 adultes de plus de 35 ans. « Parmi les hébergés de 25-34 ans, on ne compte plus que 11% d’étudiants (contre 59% chez les 18-24 ans), et 35% ont déjà fait l’expérience d’un logement indépendant (contre 20% parmi l’ensemble des hébergés et 15% chez les 18-24 ans) », ajoute la fondation.

Retour à la case départ

Les grands enfants sont donc souvent amenés à revenir vivre chez leurs parents après avoir goûté à leur indépendance. « 925.000 personnes ont été dans ce cas en 2013 après une expérience autonome de plus de trois mois, et de plus d’un an pour les deux tiers d’entre eux. L’expérience a même duré plus de cinq ans pour quelque 160.000 personnes », souligne le rapport. Pour une majorité d’entre eux, le passage chez papa-maman s’éternise : « 64% des jeunes revenus au domicile parental y résidaient depuis plus de six mois (590.000 personnes), et même depuis plus d’un an pour la moitié d’entre eux (455.000 personnes). »

Sans surprise, le retour à la case départ s’impose comme une solution face à la perte d’emploi ou aux problèmes de finances, de santé ou de logement dans 454.000 cas. Une tendance encore plus affirmée chez les 25-34 ans (61%) et les plus de 35 ans (86%). Le facteur financier s’avère particulièrement critique, 55% des 25-34 ans affirmant qu’ils quitteraient le domicile familial s’ils en avaient les moyens.

A savoir : En Ile-de-France, les jeunes quittent le domicile familial à 24 ans et 9 mois en moyenne, contre un peu plus de 22 ans en province.

*L’étude de la fondation Abbé Pierre s’appuie sur l’exploitation de l’enquête nationale Logement (ENL) 2013 de l’Insee

A lire également
Mal-logement : prix, impayés, budget, 3 choses à savoir sur le cas français