Logements neufs : ventes et prix en baisse au premier trimestre 2013


D'après les statistiques de l'Observatoire de la Fédération des promoteurs immobiliers, les ventes de logements neufs ont baissé de 6,9% au premier trimestre. Les mises en vente plongent quant à elles de 33,2% et les prix reculent légèrement.

logement, neuf, fpi, ventes, prix

 

L’année 2013 s’annonçait compliquée pour les ventes de logements neufs et le premier trimestre ne surprend pas à cet égard. D’après les données corrigées de l’Observatoire de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI), les transactions ont à nouveau baissé de 6,9% sur les trois premiers mois de l’année, comparé au premier trimestre 2012, avec 15.988 logements vendus au détail (hors résidences de services). Il s’agit du niveau de ventes le plus faible constaté sur un trimestre depuis 2010. Dans le détail, ce sont surtout les ventes aux investisseurs qui fléchissent (-23%) tandis que les ventes à l’accession à la propriété montrent une « légère amélioration » (+4%) selon Alexandra François-Cuxac, présidente de l’Observatoire. « Les ménages restent demandeurs », affirme-t-elle, du fait notamment de l’attractivité des taux de crédit immobilier.

Ralentissement général du marché

Autre signal inquiétant, les mises en vente plongent de 33,2% sur un an, à 18.857 logements. C’est le niveau le plus faible enregistré depuis 2009 pour un trimestre qui se situe « quasiment au niveau de premier trimestre 2008 », explique François Payelle, président de la FPI. Les promoteurs se montrent donc prudents, compte tenu du manque de dynamisme du marché et préfèrent différer les opérations de construction pour éviter d’augmenter leur stock de logements invendus.

Car parallèlement, l’offre commerciale a augmenté de 12,2% (81.361 logements). La part de logements en projet est inférieure à celle des logements en construction depuis maintenant deux trimestres, signe que les inquiétudes sur la progression du stock d’invendus sont justifiées, même si le phénomène reste maîtrisé jusqu’ici. Le volume de stock achevé est ainsi passé de 5 à 8% en un an.

Le ralentissement général est également illustré par l’allongement des délais de vente : d’environ un an début 2012, le délai moyen se fixe désormais à plus d’un an et trois mois. A titre de comparaison, il se situait à moins de 6 mois début 2010.

Les prix baissent difficilement

Comme pour les logements anciens, les prix des logements neufs sont en recul en 2013. Mais « la tendance à la baisse n’est pas très spectaculaire » comme l’explique Alexandra François-Cuxac : -1,8% sur un an en province (3.653 euros du mètre carré) et -1,3% en Ile-de-France (4.650 euros du mètre carré). D’autant qu’ils sont légèrement supérieurs aux moyennes observées lors du dernier trimestre 2012. « La baisse est assez uniforme » sur l’ensemble des régions.

Cette quasi-stabilité des prix montre la difficulté qu’ont les promoteurs à faire diminuer leurs coûts de production selon la FPI, citant notamment les coûts de construction et du foncier, ainsi que les contraintes bancaires qui imposent une marge technique d’au moins 7% pour accepter de financer un projet de construction. L’allongement des délais contribue également à augmenter les coûts, puisque les équipes sont mobilisées plus longtemps.

 

A lire également sur le sujet :

Construction : vers une année 2013 à 335.000 logements ?