Loi Duflot 2 : la CNL demande un gel des loyers sur 3 ans


Les représentants de propriétaires-bailleurs et d’agents immobiliers sont vent debout contre le projet de loi Alur (Duflot 2) mais le texte présenté par la ministre du Logement est également loin de satisfaire les représentants de locataires. Pour la Confédération nationale du logement (CNL), le projet de loi ne va pas assez loin dans la défense des locataires. En particulier, la proposition sur l’encadrement des loyers en zones tendues, sur la base d’un loyer médian, est jugée « inflationniste » et « inapplicable ». Pour soulager les locataires, la CNL demande ainsi un « gel des loyers pour une durée d’au moins 3 ans, sur tout le territoire et dans tous les secteurs locatifs ». De plus, l’association de défense des droits des locataires estime que le projet de loi Alur continue de favoriser les propriétaires-bailleurs dans les rapports locatifs.

 

Sur le dossier du logement social, la CNL s’inquiète sur la réforme des conditions d’attribution, encore en discussion. En particulier, elle dénonce la méthode du « scoring », ou l’attribution des logements en HLM sur la base d’un score attribué aux demandeurs. Jusqu’ici, la ministre du Logement Cécile Duflot a annoncé la mise en place d’un dossier de demande unique pour obtenir un logement social.

Sans surprise, les inquiétudes des représentants de locataires sont totalement à l’opposé des griefs formulés par les professionnels de l’immobilier. Ces derniers s’inquiètent notamment d’un retrait des investisseurs particuliers dans l’immobilier locatif, ce qui se traduirait par une baisse de l’offre de logements disponibles.