Maisons de vacances : quel prix pour une résidence secondaire ?

Partagez

Selon la destination choisie, acheter sa résidence secondaire ne réclame pas le même budget. Le point sur les prix des maisons et appartements de vacances, neufs et anciens, à l'approche des grandes vacances.

Les prix des maisons de vacances pour l’été 2016
 

Les Français privilégient habituellement la location de vacances, mais acquérir une résidence secondaire fait toujours rêver. Un rêve qui a un coût parfois très élevé, dans les localités les plus recherchées. Décryptage des prix des logements neufs et anciens sur les côtes les plus prisées des vacanciers.

• Côte d'Azur

Acheter près de la Méditerranée coûte cher mais attire toujours autant. Sur le marché des maisons anciennes, « la crise immobilière de ces dernières années a eu très peu, voire pas du tout d'impact » dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, note le réseau Guy Hoquet dans une analyse datée du 17 mai 2016. Saint-Tropez, cible favorite des étrangers, fait bande à part avec des prix variant de 6.000 à... 30.000 euros du mètre carré (m²). Plus abordable, Aubenas se situe autour de 2.000 euros/m².

Dans l'immobilier neuf également, les prix s'avèrent rarement bon marché. Pour un appartement de trois pièces à Cannes, comptez 504.000 euros en moyenne malgré une baisse de 20% sur les six derniers mois, selon le site spécialisé Trouver-un-logement-neuf.com. Au-delà de la Croisette, « la tendance est plutôt à la progression des prix jusque dans le Var : + 11% à Sainte-Maxime à 302.000 euros pour un T3, + 4,5% à Saint-Raphaël à 349.000 euros », avance le portail dans un communiqué du 19 mai. A Juan-les-Pins, le coût moyen d'un tel appartement neuf se situe à 353.000 euros. Pour trouver moins cher, ciblez plutôt Fréjus (255.000 euros).

• Sud-Ouest et côte basque

S'éloigner du littoral et du bassin d'Arcachon permet de faire des économies sur l'achat de sa maison de vacances. « Le secteur du Pilat a connu une forte montée des prix et est aujourd'hui réservé à une clientèle haut de gamme, tout comme la ville de Capbreton », souligne Guy Hoquet. Pour cette dernière, ils s'échelonnent de 3.000 à 7.000 euros/m². Dans le cœur des Landes en revanche, les acheteurs ont des opportunités à saisir, à Mimizan (2.389 euros/m²) par exemple. « Le secteur reste dynamique en matière d'investissement, notamment avec de nombreux terrains disponibles pour la construction », pour qui veut bâtir son havre de paix.

Du côté des appartements neufs, la côte basque ne manque pas d'attrait. Les prix restent cependant élevés à Biarritz (317.000 euros pour un T3, +8,5% en six mois). Anglet (287.000 euros), Saint-Jean-de-Luz (227.000 euros) ou Bayonne (216.000 euros) peuvent vous intéresser si vous visez moins cher. Un peu plus au Nord, anticipez 365.000 euros pour un trois pièces neuf à Arcachon ou 229.000 euros à La Teste de Buch, la commune de la Dune du Pilat.

• Côte Atlantique

A la Baule, une maison ancienne se paie entre 3.500 et 8.000 euros/m². Et ce malgré « une chute des prix de 15% » en 2013-2014, note Guy Hoquet. Sur l'Ile de Ré, le mètre carré avoisine les 5.000 euros mais certains biens « classés en zone inondable depuis la tempête Xynthia sont touchés par une demande en baisse ». L'Ile d'Oléron (2.500 euros/m²) subit également les conséquences de la tempête de 2010. Les vendeurs commencent à céder et les acheteurs trouvent ainsi plus facilement. « Quant à Royan, les prix [1.800 à 4.000 euros/m², Ndlr] ont également fortement baissé depuis 2008, mais la tendance devrait s'inverser grâce à une forte demande observée en 2015, liée à la baisse des prix et des taux d'intérêt. »

Du côté des logements neufs, La Baule se distingue là encore (368.000 euros pour un T3). « Pornic, à 218.000 euros, ou Guérande, à 210.000 euros, restent bien plus abordables », souligne Trouver-un-logement-neuf.fr. Pour acheter un trois pièces aux Sables d'Olonne, comptez sur 266.000 euros minimum, prévient le portail. Enfin, « La Rochelle attire toujours davantage d'acquéreurs avec des prix en hausse de 7% en six mois », à 258.000 euros.

• Bretagne et Normandie

En Bretagne, « les prix et la demande se maintiennent » dans l'ancien selon Guy Hoquet. Au niveau régional, le mètre carré se négocie autour de 2.300 euros. A l'inverse, la tendance reste baissière en Normandie, sur la Côte Fleurie comme à l'intérieur des terres. « Résultat, de très belles opportunités à saisir à moins de deux heures de Paris », notamment à Pont-Audemer (1.000 à 2.000 euros/m²). A Deauville, le budget à prévoir s'avère plus conséquent (4.300 à 4.700 euros/m²).

Si vous vous intéressez davantage à un logement neuf, attention à la hausse des prix à Saint-Malo (+18% en six mois, 227.000 euros pour un T3) où les nouveaux programmes se multiplient. Quiberon (267.000 euros) et la Trinité-sur-Mer (246.000 euros) dans le Morbihan s'avèrent moins onéreuses, de même que Pont-Aven et Concarneau dans le Finistère (environ 200.000 euros). Contrairement au marché de l'ancien, les prix des logements neufs ne baissent pas en Normandie. Pour illustrer cette tendance, Trouver-un-logement-neuf.fr cite en exemple des programmes récents à Deauville (440.000 euros), Trouville-sur-Mer (272.000 euros), Honfleur (210.000 euros) ou encore Cabourg (201.000 euros).

A lire également
Taxe d'habitation et résidence secondaire : 5 choses à savoir



 

les articles les plus lus

1. Propriétaires, locataires : quelle politique du logement pour Macron ?
2. Comment louer sans discriminer
3. Comment trouver une maison ou un appartement à vendre ?
4. Comment vendre rapidement son appartement ou sa maison sans agence ?
5. Le droit de préemption de la commune, comment ça marche ?
6. Le droit de préemption du locataire

Réseaux Sociaux