Patrimoine : L’Hôpital Richaud réhabilité en bâtiment multifonction


REPORTAGE VIDEO - L'ancien Hôpital Richaud de Versailles est en cours de rénovation pour donner naissance à un grand complexe immobilier. Jeudi 20 juin, la chapelle, édifice central du site, était livrée à la mairie de Versailles. L'occasion d'en savoir plus sur cet impressionnant projet.

hopital Richaud-image de synthese-OGIC

 

Versailles est sur le point de retrouver un de ses monuments emblématiques l’Hôpital Richaud, à l’abandon depuis 1997. Si, pour l’heure, seule la chapelle a été livrée à la mairie, le projet est d’une ambition rare. Initié en 2009 par la ville de et France Domaine, le bâtiment a finalement été acquis par la SARL Versailles Richaud ND (groupe Norbert Dentressangle), pour être totalement réhabilité en centre multifonction avec comme défi majeur, de marier ancien et moderne.

 

La maîtrise d’ouvrage a été confiée au promoteur OGIC, filiale du groupe Dentressangle initiatives. Ainsi le lieu devient privé et l’objectif du projet est de transformer l’hôpital bâti au XVIIème siècle, en un grand complexe immobilier. La restauration-reconversion de l’Hôpital Richaud donne naissance à un ensemble d’envergure, comprenant une crèche, des locaux pour professions libérales, mais aussi 67 logements dont 43 en accession et 24 en investissement. S’y ajoutent 176 appartements créés dans des bâtiments nouvellement construits, dont 82 logements sociaux destinés principalement aux étudiants.

 

Néanmoins la ville tient également sa part du gâteau. En effet, plusieurs parties resteront publiques, avec notamment un espace culturel et la totalité des espaces extérieurs, y compris le luxueux jardin, restauré pour l’occasion. « Le bâtiment, devenu privé, sera plus public qu’il ne l’a jamais été », affirme Frédéric Didier, architecte en chef des monuments historiques (agence 2BDM).

 

La rénovation, conduite par l’architecte Jean-Michel Wilmotte, qui a travaillé main dans la main avec Frédéric Didier et Christophe Batard (tout deux architectes de l’agence 2BDM), est un modèle en matière de respect du patrimoine. Conservation des charpentes, restaurations de la chapelle et du grand escalier central, rien n’a été laissé au hasard. Le tout en s’adaptant à la nécessité de confort de notre époque. « Il a fallu respecter les besoins de notre temps : l’isolement acoustique, phonique, thermique, etc. », confirme Frédéric Didier.

 

Cet imposant projet, débuté en 2010, devrait être livré courant 2014. Environ cinq années de travaux qui peuvent paraître longues pour les futurs habitants, mais finalement, « cinq ans qu’est-ce que c’est dans la vie d’un bâtiment comme celui-ci ? », conclut l’architecte.