Plus de 95% des crédits immobiliers sous les 4% en mars


L'observatoire du financement des marchés résidentiels CSA/Crédit Logement note un nouveau recul des taux de crédit immobilier en mars 2013. 96,9% des prêts accordés l'étaient sous le seuil des 4%.

immobilier, credits, taux, baisse, csa

 

Les acquéreurs potentiels n’ont jamais profité de telles conditions de crédit immobilier. D’après les chiffres avancés par l’observatoire du financement des marchés résidentiels CSA/Crédit Logement, le taux moyen se fixe à 3,07% pour le mois de mars 2013, ce qui signifie que les taux baissent encore : l’observatoire faisait en effet état d’un taux moyen à 3,13% en février et 3,22% en fin d’année 2012. « Cette nouvelle baisse des taux bénéficie surtout au marché de l’ancien (3,05 % contre 3,97 % en février 2012), mais aussi, avec la reprise de la baisse observée en mars, au marché du neuf (3,11 % contre 3,93 % en février 2012) et à celui des travaux (3,10 % contre 3,93 % en février 2012) », souligne l’observatoire.

Conséquence, 96,9% des prêts à l’habitat se situent sous le seuil des 4%, l’essentiel des crédits immobiliers accordés présentant même des taux inférieurs à 3,5% (83,9%). A titre de comparaison, 79,2% des prêts accordés en 2012 et à peine plus de 50% en 2011 se situaient sous les 4%.

Amélioration de la solvabilité et allongement des durées

Autre bonne nouvelle pour les emprunteurs et la santé du marché immobilier, la solvabilité des ménages se redresse, même si très légèrement. En cause notamment, le recul du coût relatif des acquisitions dans l’ancien (4,38 années de revenus) et surtout la baisse de demande d’apport personnel : – 4,6 % sur un an, depuis le début de l’année 2013, après + 4,0 % en 2012 et + 10,5 % en 2011. En revanche, le coût relatif remonte dans le neuf à 4,61 années de revenus tandis que la demande d’apport progresse également (+ 5.9 % sur un an, depuis le début de l’année 2013, après + 6.1 % en 2012 et + 4.8 % en 2011). L’observatoire CSA/Crédit Logement attribue ce regain à une clientèle mieux dotée, « notamment sous l’effet de l’abandon de leurs projets d’accession par les ménages modestes » lié au nouveau profil du PTZ+ « revu à la baisse par abaissement des plafonds de ressources, notamment dans les zones (B2 et C) où il était, par le passé, le plus consommé ».

Par ailleurs, l’observatoire note un nouvel allongement des durées de prêt. Le mouvement reste relativement faible pour un achat dans l’immobilier ancien, avec une durée moyenne de 214 mois (17 ans et 10 mois) contre 212 et 213 mois en janvier et février respectivement. L’augmentation est en revanche plus forte dans l’immobilier neuf, avec une durée moyenne de prêt de 229 mois (19 ans et un mois) contre 219 mois en février et 209 en janvier. A titre de comparaison, les durées moyennes se situaient à 223 et 240 mois, dans l’ancien et dans le neuf respectivement, au mois de février 2012.

Depuis le début de l’année, le total des prêts à l’habitat accordés aux ménages recule de 23,1% en rythme annuel. « Néanmoins, la chute de la production de crédits paraît terminée et le total des prêts accordés devrait progressivement se stabiliser », estime l’observatoire.

 

Sur le crédit immobilier
La tendance est favorable aux emprunteurs en avril
Les acheteurs reprennent la main