Pourquoi les charges de copropriété sont plus lourdes à Paris


Les copropriétaires vivant à Paris intra-muros paient des charges annuelles plus importantes que ceux implantés dans le reste de l'Ile-de-France. En cause notamment, l'ancienneté des immeubles, le coût des assurances et les salaires chargés.

paris-shutterstock

Vivre en copropriété à Paris coûte cher. Si ce constat n’a rien de surprenant, le détail des charges acquittées par les copropriétaires parisiens, présenté mercredi 21 mai 2014 par la Fnaim Grand Paris, permet d’expliquer ce surcoût.

En moyenne, le propriétaire d’un lot parisien a payé 2.292,82 euros de charges en 2013, en hausse de 4,6% par rapport à 2012. A titre de comparaison, ce total descend à 2.093 euros dans les Hauts-de-Seine, 2.078 euros dans le Val-de-Marne et 2.016 euros en Seine-Saint-Denis, soit 9 à 12% de moins que dans la capitale.

Des immeubles plus vieux et plus chers à assurer

Pourquoi un tel écart ? Le principal poste de dépense, à savoir le chauffage collectif (environ 20% des charges), apporte un premier élément d’explication. Un copropriétaire parisien a payé en moyenne 489,43 euros en 2013 à ce titre, contre 453,80 euros pour l’ensemble de l’Ile-de-France. L’ancienneté des immeubles parisiens influence grandement ce phénomène : 60,70% des copropriétés parisiennes ont été construites avant 1918. « Ce sont les immeubles les moins biens isolés et les moins bien isolables : isoler un immeuble haussmannien est très difficile, comparé à des immeubles plus récents », avance Pierre-Hervé Leturmy, secrétaire général de la Fnaim Grand Paris. A l’inverse, les immeubles construits après 1960 sont majoritaires en Petite Couronne (près de 60%) et en Grande Couronne (près de 80%).

Deuxième au classement des charges les plus lourdes, le poids des salaires chargés par les syndics creuse également l’écart entre Paris et sa banlieue. Dans la capitale, un copropriétaire a déboursé 383,20 euros en moyenne en 2013 à cet égard. Partout ailleurs en Ile-de-France, les copropriétaires ont payé 100 euros, voire davantage, de moins.

Autre phénomène notable, le coût des assurances est bien supérieur à Paris qu’ailleurs. Ce poste de dépense a pesé 188,30 euros par lot en 2013 dans la capitale, à comparer avec une moyenne générale de 147,55 euros en Ile-de-France. L’explication est ici logique : les prix de l’immobilier étant bien plus élevés dans la capitale qu’en banlieue, les coûts d’assurance des biens sont automatiquement renchéris.

A lire également sur la copropriété
Les syndics profitent du flou de la loi Alur
« Tous les syndics ne vont pas augmenter leurs tarifs de 20% »
Achat en copropriété : les nouveaux documents à fournir