Pouvoir d’achat immobilier en recul à Strasbourg, Paris et Nantes


Le mois d'août 2015, marqué par de nouvelles hausses des taux de crédit immobilier, a vu le pouvoir d'achat des habitants des grandes villes de France reculer légèrement. Les Strasbourgeois sont les principales victimes de la remontée des prix, avec 4 mètres carrés perdus pour 1.000 euros de mensualités.  

Taux de crédit immobilier : le pouvoir d’achat recule à Strasbourg, Paris et Nantes

La fin de l’été s’annonce moins favorable à l’achat immobilier. Selon le courtier en crédits Meilleurtaux.com, le pouvoir d’achat immobilier a reculé dans 6 des 10 plus grandes villes de France en août 2015.

Dans un communiqué publié mardi 25 août, la directrice de la communication du courtier, Maël Bernier, souligne notamment que « le début du mois d’août a enregistré de nouvelles hausses comprises entre 0,05 et 0,20% selon les villes ». Une évolution particulièrement marquée à Marseille, où les taux fixes sur 20 ans sont passés de 2,15 à 2,30% entre juillet et août pour les excellents dossiers. La surface qu’il est possible d’acheter dans la cité phocéenne avec une mensualité de 1.000 euros sur 20 ans est toutefois stable à 92 mètres carrés (m2) en raison d’un léger recul des prix. Même constat à Toulouse, où la hausse des taux de crédit, de 2 à 2,05% sur un mois, est compensée par la régression des prix, avec 80 m2 finançables à mensualité constante.

Les acheteurs à Montpellier (77 m2), Lille (69 m2), Lyon (53 m2) ainsi qu’à Nice (51 m2) conservent un pouvoir d’achat identique par rapport au mois précédent, la hausse des taux de crédit étant là encore contrebalancée par le recul des prix. Bordeaux, avec 64 m2, obtient même 1 m2 supplémentaire, à la faveur d’un prix du m2 en baisse.

4 m2 perdus à Strasbourg

Inversement, les habitants de Strasbourg essuient un recul brutal de leur capacité d’achat avec un crédit à taux fixe sur 20 ans et une mensualité de 1.000 euros. La surface qu’ils peuvent acquérir chute de 4 m2 à 74 m2. Paradoxalement, si les taux négociés pour les excellents dossiers sont stables, à 2,17%, ce sont les prix qui ont grimpé dans la capitale alsacienne, passant en moyenne de 2.493 à 2.612 euros par m2.

Les investisseurs nantais s’en sortent à peine mieux, avec un pouvoir d’achat immobilier qui diminue de 2 m2, sous l’effet de taux en hausse (2,07% contre 1,97% en juillet) et de prix en hausse contenue (2.653 euros le m2 contre 2.614 euros un mois plus tôt).

Enfin, Paris, malgré des prix stables, perd 1 m2 de surface achetable, en raison de taux en hausse de 0,20 point sur un mois, à 2,10%. Avec 1.000 euros de mensualité sur 20 ans, il est désormais possible d’acquérir seulement 23 m2, soit quatre fois moins qu’à Marseille.

Sur l’actualité de l’achat immobilier
Achat immobilier, location, copropriété : les nouveautés de la loi Macron