Pouvoir d’achat immobilier : Marseille rit, Lyon pleure


Le pouvoir d'achat immobilier des particuliers s'est globalement amélioré en octobre selon le courtier en crédit Meilleurtaux.com. Marseille continue d'offrir les meilleures conditions financières pour une acquisition, tandis que les Lyonnais voient leur capacité d'achat s'effriter.  

Hausse du pouvoir d’achat immobilier en octobre

La fin d’année s’annonce belle pour les candidats à l’achat immobilier. Leur pouvoir d’achat tend à s’améliorer dans les dix plus grandes villes de l’Hexagone, selon le palmarès publié par le courtier Meilleurtaux.com mercredi 21 octobre 2015. Marseille domine toujours ce classement, avec une capacité d’achat estimée à 94 mètres carrés, soit deux de plus qu’en septembre, sur la base d’un emprunt de 20 ans remboursé par des mensualités constantes de 1.000 euros.

La cité phocéenne creuse ainsi l’écart avec les autres métropoles : Toulouse et Montpellier se partagent la deuxième place avec 81 mètres carrés de pouvoir d’achat, passant ainsi devant Strasbourg (79 m²). Suivent Nantes, Lille et Bordeaux qui gagnent chacune un mètre carré supplémentaire, à 75, 71 et 64 mètres carrés respectivement. Lyon, Nice et Paris ferment la marche, la capitale des Gaules étant la seule ville du classement à connaître un léger recul de la capacité d’achat, passant de 54 à 53 mètres carrés. Lyon se situe ainsi juste devant Nice (54 m²) tandis que Paris demeure un monde à part, dans lequel le même emprunt permet seulement d’acquérir 24 petits mètres carrés, soit 70 de moins qu’à Marseille…

Des opportunités pour les bons profils

Cette nouvelle amélioration de la capacité d’achat des ménages s’explique essentiellement par la baisse des prix, observée partout sauf à Lyon et Nice. Dans le même temps, les taux de crédit restent très attractifs, en particulier pour les bons profils. Les meilleurs taux sur 20 ans passent ainsi à 1,95% à Toulouse, Bordeaux ou encore Paris, tandis qu’ils n’excèdent pas 2,15% ailleurs (Lyon et Nantes). « Attention toutefois, peu d’élus pourront accéder à ce taux de 1,95% sur 20 ans, réservé en Ile-de-France et dans le Sud-Ouest aux moins de 35 ans avec des revenus élevés – voire très élevés », prévient la directrice de la communication de Meilleurtaux.com, Maël Bernier.