Projet de loi Alur : les promoteurs inquiets pour l’investissement


Dans un communiqué de presse envoyé lundi 1 juillet 2013, la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) juge certaines mesures contenues dans le projet de loi Alur, sur le logement et l’urbanisme, « très en décalage » avec la volonté de simplifier et d’augmenter la construction. Outre les aspects relevant de l’urbanisme (« Déclassement de zones à urbaniser, modification du droit de préemption »), les promoteurs s’inquiètent de l’impact de l’encadrement des loyers proposé sur les investisseurs individuels, en loi Duflot par exemple.

« Au moment où l’économie française a tant besoin des investisseurs privés et institutionnels pour investir dans le logement et soutenir la production, un mécanisme complexe de régulation des loyers est proposé. (…) Cet encadrement supplémentaire des loyers va décourager un peu plus les investisseurs ». Ce alors même que la part des investisseurs dans les acquisitions d’immobilier neuf a baissé en 2012, une tendance qui s’est poursuivie au premier trimestre 2013 d’après les chiffres de la FPI, avec des ventes aux investisseurs en chute de 23% sur un an.

Les promoteurs immobiliers ne sont pas les seuls à s’inquiéter d’un déclin de l’investissement locatif individuel. Le président du réseau d’agences immobilières Century 21, Laurent Vimont, a lui aussi fait part de son inquiétude « extrêmement forte » pour l’investissement dans l’immobilier ancien.