Projet de loi Duflot : la FNAIM contre-attaque

Partagez

La ministre du Logement Cécile Duflot s'est-elle définitivement mis à dos les professionnels de l'immobilier ? La Fnaim (Fédération nationale de l'immobilier) a annoncé qu'elle allait suspendre sa participation aux observatoires des loyers « en réponse aux propos méprisants tenus récemment par Cécile Duflot (...) à l'encontre des professionnels de l'immobilier ».

 

Lors d'un entretien au Parisien le 12 juin dernier, la ministre du Logement avaient ainsi déclaré vouloir s'attaquer aux pratiques « abusives » de la profession : « manque de confiance, pratiques abusives, opacité, coûts de transaction trop élevés ». La loi Alur (Accès au Logement et un Urbanisme rénové), qui sera présentée le 26 juin prochain, prévoit ainsi de plafonner le montant des frais d'agences à la charge des locataires, de rendre obligatoire la formation des agents immobiliers ou encore de mettre en place un code de déontologie des professions immobilières.

Ces critiques ou ces mesures ne sont pas du goût de la Fnaim. Le syndicat estime en effet que certaines propositions de ce projet de loi sont une atteinte à la dignité de la profession et a décidé de contre-attaquer. « Jean-François Buet, Président de la Fédération Nationale de l'Immobilier (FNAIM), appelle les agents immobiliers, membres de la Fédération, qui exercent dans les 18 villes pilotes où sont mis en place des observatoires des loyers à suspendre l'envoi de données à ces observatoires », réplique la Fnaim dans un communiqué de presse.



 

les articles les plus lus

1. Les étapes à suivre pour l'achat d'un appartement ou d'une maison
2. Projet de loi Elan : à quoi correspond le bail mobilité ?

Réseaux Sociaux