Taux de crédit immobilier : la hausse va-t-elle durer ?

Partagez

Après six mois d'augmentation, le taux moyen d'emprunt s'est stabilisé. Pourtant, cette pause ne semble pas précéder un retournement de tendance.

Selon les données d'Empruntis, le taux moyen pour un crédit immobilier sur 20 ans s'élève en juin à 4,30%. Ce chiffre est identique à celui de mai. « Cette stabilité est liée à la consigne donnée par la Banque de France de faire de la marge. Les banques ont donc maintenu leur taux alors que l'OAT 10 ans est en baisse », souligne Maël Bernier, la porte-parole du courtier en ligne.

bce, europe, euro, banque, monnaie

Elle estime que cette stabilisation n'est qu'une pause et que la hausse va reprendre. La Banque Centrale Européenne (BCE) a ainsi relevé son principal taux directeur de 1,25 à 1,50% le 7 juillet 2011.

Conséquence pour Empruntis : cette augmentation « pourrait donc à terme se répercuter sur les taux des crédits aux particuliers ».

Le potentiel de hausse « s'est tari mais n'est pas encore totalement enrayé » souligne Ludovic Huzieux, directeur associé d'Artemis Courtage, un courtier en crédit immobilier. « Ils reste des incertitudes, comme la dette grecque, qui pourraient faire repartir les taux à la hausse. »

Philippe Saillard, directeur du crédit de la Banque Postale réalise le même constat : « les nouvelles conditions réglementaires, notamment Bâle III, plaident pour une tendance haussière des taux à moyen terme. »

Mais point positif pour les emprunteurs, mêmes si les banques doivent répercuter le taux de l'OAT et garder leurs marges, la concurrence est rude. « Le crédit immobilier reste le meilleur moyen pour les banques de capter de nouveaux clients. Aucune ne peut donc se permettre de se retrouver hors-jeu sur ce sujet » affirme Maël Bernier, la porte-parole d'Empruntis.

« Les banques augmentent leur taux mais cette hausse est mesurée en raison de la concurrence. Leurs taux ne progressent pas autant que celui de l'OAT. Nos études montrent que 65% des établissements veulent conserver des taux stables dans les prochaines semaines et 20% les baisser car ils se situent au-dessus des autres » renchérit Sandrine Allonier de Meilleurtaux.com

>> Article suivant : les conséquences de la hausse des taux sur les emprunteurs
>> Retour au sommaire

Photo : le siège de la banque Centrale européenne (BCE) à Francfort en Allemagne (Crédit : Jess47200/Wikimedia Commons)



 

les articles les plus lus

1. Les étapes à suivre pour l'achat d'un appartement ou d'une maison
2. Loi Elan : à quoi correspond le bail mobilité ?

Réseaux Sociaux