Un nouvel outil pour connaître les loyers des grandes villes de France


L'Agence nationale d'information sur le logement (Anil) permet désormais aux internautes de connaître les loyers pratiqués dans 18 agglomérations. L'outil permet d'analyser les prix à la location selon les caractéristiques du logement et de connaître les loyers acquittés par les nouveaux entrants, en vue d'une future location.

L’Anil inaugure un site pour connaître les loyers des grandes villes de France

Vous allez pouvoir vous informer plus facilement sur les loyers pratiqués dans les grandes villes. L’Agence nationale d’information sur le logement (Anil) a inauguré mardi 26 janvier 2016 son portail des observatoires locaux des loyers qui recensent les prix à la location dans 18 agglomérations actuellement. Les internautes, bailleurs comme locataires, peuvent ainsi accéder aux relevés des observatoires afin de connaître les loyers médians là où ils vivent ou investissent, le tout gratuitement.

Au jour du lancement, certaines informations sont déjà disponibles pour Paris intra-muros, où les loyers sont encadrés, et sa banlieue ainsi que plusieurs grandes villes de province, telles que Lyon, Marseille, Lille (résultats partiels), Toulouse, Nantes, Montpellier, Nice et Rennes. A ces agglomérations s’ajoutent les communes d’Alençon, Arles, Besançon, Draguignan, Fréjus – Saint-Raphaël, Menton, Saint-Denis de la Réunion, Sète et Toulon.

A l’avenir, l’outil intégrera les prix à la location dans plusieurs agglomérations qui manquent encore à l’appel, comme Bordeaux, Grenoble, Clermont-Ferrand, La Rochelle et Strasbourg. Les loyers à Arcachon, Bayonne, Belfort – Montbéliard, Brest, Nancy, Nîmes et Saint-Etienne seront également publiés plus tard.

Exemple d'une recherche sur les loyers dans l'agglomération toulousaine

Un outil encore en développement

Le portail permet de mener une analyse fine des loyers en fonction du type de logement. Vous pouvez ainsi vous renseigner sur le niveau des prix, au mètre carré et en loyer mensuel, suivant la date d’entrée dans les lieux (plus ou moins d’un an) ou la période à laquelle le logement a été construit. L’Anil vous propose également de construire des analyses personnalisées sous forme de tableau ou de graphique, en fonction des critères que vous souhaitez retenir (6 maximum).

En cliquant directement sur la carte pour sélectionner une agglomération ou en remplissant la barre de recherche qui s’affiche en page d’accueil, vous pouvez entrer des requêtes localisées en renseignant l’adresse du logement, et connaître ainsi les niveaux de loyers à retenir dans le quartier.

Le portail, mis en ligne dans sa version test, n’est pas encore totalement opérationnel au 26 janvier 2016. Outre les villes manquantes, certaines recherches ne peuvent pas encore être réalisées. Il est par exemple impossible de distinguer le loyer acquitté par les nouveaux locataires en place depuis moins d’un an en fonction du nombre de pièces d’un appartement. Autre bémol important, l’outil ne permet pas de rechercher spécifiquement les loyers des meublés, généralement plus élevés que ceux des locations vides, et les prix examinés regroupent les deux types de location.

Concrètement, comment utiliser cet outil ?

Prenons l’exemple d’un locataire célibataire qui va bientôt devoir s’installer à Toulouse pour des raisons professionnelles. Pour mieux appréhender les prix dans cette ville, il demande à connaître le loyer mensuel médian payé par un locataire entré depuis moins d’un an dans les lieux. Il découvre ainsi qu’il se situe à 536 euros pour l’ensemble de l’agglomération et à 520 euros à Blagnac, dans la banlieue de la Ville Rose.

Notre locataire n’est cependant pas tout à fait satisfait et souhaiterait connaître les loyers des appartements de deux pièces spécifiquement. Il doit alors s’intéresser à l’ensemble des loyers du marché, et non pas seulement ceux des nouveaux entrants, afin d’obtenir les valeurs à retenir pour ce type de logement. Il découvre ainsi que le loyer médian d’un deux pièces dans l’agglomération toulousaine est évalué à 500 euros et que ce logement lui coûtera a priori moins cher s’il décide de s’installer à Portet-sur-Garonne (451 euros).