« Une annonce immobilière qui reste longtemps est synonyme de prix trop élevé »


INTERVIEW - Malik Benrejdal est président du réseau de mandataires immobiliers à domicile I@D. Alors que vendeurs et acheteurs peinent à se rencontrer sur un marché immobilier en difficulté, il explique comment mettre en valeur un bien mis en vente et éviter l'échec.

immobilier, annonces, internet, benrejdal

 

Toutsurlimmobilier.fr : Que peut faire un particulier qui vend un bien immobilier, par une annonce sur Internet notamment, pour attirer des acheteurs potentiels ?

Malik Benrejdal, président du réseau I@D : Il existe une règle d’or à connaître au moment de rédiger une annonce : positionner son bien au prix juste. Sans ce travail indispensable, un vendeur est susceptible de rater de nombreux acquéreurs potentiels. Il doit se poser la question : si je devais acheter un bien similaire, qu’est-ce que je rechercherais et pour quel prix ?

Pour ce faire, il faut croiser et recroiser les données, afin de se faire une idée précise de l’offre pour des biens similaires. C’est ce qui va permettre au vendeur de positionner correctement son prix et d’attirer les acheteurs. Une annonce bien positionnée attire très vite les acheteurs. Si le prix du bien est trop élevé au contraire, alors il aidera à vendre les autres biens du même type pour lesquels les prix sont plus réalistes. Il faut également être attentif et savoir depuis combien de temps les biens sont mis en vente : une annonce qui reste longtemps est synonyme de prix trop élevé.

Comment un vendeur peut travailler son annonce pour la rendre plus visible ?

Pour un particulier qui met son bien en vente, il est important de faire une veille comparative des prix et de l’offre pour des biens du même type, pour s’assurer que l’annonce suit bien les prix du marché. Car dans le cas contraire, elle risque de s’enfoncer rapidement dans les méandres d’Internet.

Il faut avoir conscience qu’une annonce, ça se travaille, il faut la mettre à jour régulièrement, en particulier si elle ne suscite pas ou peu de réactions chez les acheteurs potentiels. Cela passe par la rédaction de l’annonce mais aussi la qualité des photos ou des vidéos de présentation. Il faut mettre en valeur l’aspect qualitatif du bien, notamment sur les prises de vues, en évitant de montrer des espaces encombrés par exemple. La qualité de l’annonce ne fait pas la vente, mais elle est là pour susciter l’intérêt des acheteurs potentiels et attirer les visiteurs.

Un vendeur peut également travailler sur des plans du logement à présenter aux acquéreurs potentiels. Cela permet aux acheteurs éventuels de visualiser l’habitat, d’organiser les espaces et de s’imaginer vivre dans ce logement. Cela suscite en général beaucoup d’intérêt de la part des futurs acquéreurs.

Les particuliers doivent-ils nécessairement s’adresser à des professionnels pour organiser une mise en vente ?

Plus que jamais, je pense qu’il est effectivement nécessaire de faire appel aux services d’un professionnel qui connaît bien le marché local, afin d’avoir une meilleure analyse comparative des prix pour un type de bien à un endroit donné. Avec cette expertise, les vendeurs peuvent ramener leurs prétentions financières à la raison le cas échéant. Les différents simulateurs permettant de faire des estimations rapides que l’on trouve sur Internet peuvent être une alternative pour croiser les données mais ils présentent des limites : on constate ainsi des variations de prix d’un simulateur à un autre, qui vont de -7 à +7% pour un même bien.

 

Propos recueillis par Thibault Fingonnet.

 

A lire également sur le sujet :

L’achat immobilier, un rêve persistant face à la réalité de la crise
Léger recul des prix de vente entre particuliers en février 2013
Les prix de l’immobilier ancien ont baissé en 2012