Vivre à l’hôtel plutôt que de payer un loyer ? A Paris, le compte n’y est pas


A Londres, les locataires paient davantage que s'ils vivaient dans un hôtel d'une grande métropole européenne. Malgré des prix à la location élevés, les Parisiens ne sont pas logés à la même enseigne.  

Vivre à l'hôtel loin de la capitale n'est pas une solution pour échapper aux loyers parisiens

Vivre à l’hôtel plutôt que de payer un loyer, l’idée peut paraître saugrenue. Et pourtant : selon les recherches de Sadiq Khan, candidat du Parti travailliste à la mairie de Londres, occuper jour après jour une chambre d’hôtel 4 étoiles dans la plupart des capitales européennes s’avère plus abordable qu’une location londonienne. Et pour cause : le prix moyen* pour louer un appartement dans la capitale anglaise atteint 1.676 livres sterling, ou 2.119 euros par mois**. Soit 70 euros par jour, comme l’explique le site du quotidien The Telegraph (article en anglais).

Mais qu’en est-il à Paris ? Est-il possible de payer moins en vivant à l’hôtel loin de la capitale ? Après tout, les prix à la location parisiens y atteignent des sommets à l’échelle de la France : selon les données de Century 21 pour 2015, le loyer moyen d’un studio se situe 702 euros par mois. Un prix largement supérieur à la moyenne nationale de 439 euros. Il faut ainsi compter sur 23,40 euros par jour pour habiter un petit appartement parisien. Un montant élevé mais pas supérieur au tarif d’une chambre d’hôtel à l’étranger ou en province. Les locataires auront donc du mal à faire des économies de cette manière.

Pas de solutions à l’étranger…

Pour les occupants d’un deux pièces, l’équation n’est pas plus simple à résoudre. Un T2 coûte en moyenne 1.029 euros par mois dans la capitale… ou 34,30 euros par jour. En se limitant aux grandes métropoles européennes relativement proches de Paris, impossible de dénicher une chambre d’hôtel à un prix inférieur. A trois heures et demie de train, Amsterdam n’apporte pas de solutions. Les hôtels 3 étoiles dépassent allègrement les 100 euros par jour, sans même parler des 4 étoiles. Même en visant des établissements de moindre standing, le coût du séjour excède systématiquement celui du loyer journalier parisien.

A priori, Bruxelles serait la seule métropole européenne potentiellement intéressante. Point fort, le voyage en Thalys pour relier les capitales belge et française ne dure qu’une heure et demie. Un trajet pas forcément plus long que ceux pratiqués par certains Franciliens habitués des RER ou Transiliens. Mais là encore, le compte n’y est pas : même en tablant sur des tarifs réduits, comme à l’Hôtel President Park par exemple, il faudra payer près de 90 euros la nuitée. Et encore : le site de réservation ne permet pas d’identifier les prix, nécessairement plus élevés, pour un séjour de longue durée… En cherchant un établissement de moindre standing, les tarifs ne permettent pas non plus de faire des économies par rapport à un loyer parisien : seul un Bed&Breakfast particulièrement mal noté sur TripAdvisor coûte moins cher. En résumé, même en mettant de côté le coût du trajet, le jeu n’en vaut pas la chandelle.

… ou en province

En France, trouver un hôtel en province plus abordable qu’un appartement parisien ne s’avère pas plus facile. A Lille, située à une heure de train de Paris, le prix moyen d’un hôtel atteint 79 euros selon une enquête de l’UFC Que Choisir publiée en décembre 2015. Sur Lyon (deux heures en TGV), il se fixe à 65 euros.

Les tarifs les moins chers selon l’étude de l’association de consommateurs se trouvent à Saint-Etienne. La nuitée d’hôtel y coûte en moyenne 40 euros. Un deux étoiles comme le Park&Suites Appart’City propose au mieux un prix de 37 euros pour une journée… Mais dès lors que la réservation s’étale sur deux semaines***, le coût grimpe à 67 euros par jour. Et c’est sans compter le coût des allers-retours en train… En définitive, mieux vaut insister pour trouver un bon plan dans Paris ou sa banlieue, quitte à prendre une colocation pour partager les frais.

*Tous types de logements inclus
**Au cours de change du 5 mai 2016
***Du 15 au 29 mai