6 milliards d’euros d’augmentations d’impôts en 2014 ?


François Hollande a annoncé en marge du Salon de l'Agriculture que de nouveaux prélèvements devraient être soumis aux contribuables en 2014. Ce que vient de confirmer Jérôme Cahuzac, évoquant 5 à 6 milliards d'impôts à trouver l'an prochain.

hollande, hausse, impots, 2014, augmentation

Les baisses d’impôts ne sont pas pour tout de suite. François Hollande et son ministre du Budget Jérôme Cahuzac ont clairement annoncé que de nouveaux prélèvements seront nécessaires dès 2014 pour conformer la trajectoire de retour à l’équilibre des comptes publics de la France. Sans que ni président de la République, ni le locataire de Bercy ne lâchent le terme de « hausse d’impôts ».

« Trouver 6 milliards d’euros de recettes supplémentaires » (Cahuzac)

« Si nous ne faisons rien de plus en matière de fiscalité, l’année prochaine, il y aurait 5 à 6 milliards d’euros d’impôts de moins. […] La situation budgétaire de la France ne nous permet malheureusement pas de nous priver de 6 milliards d’euros de recettes. Il faudra trouver 6 milliards d’euros de recettes supplémentaires », a déclaré Jérôme Cahuzac au micro d’Europe 1, lundi 25 février 2013.

Une déclaration qui vient préciser l’ampleur des efforts fiscaux supplémentaires évoqués par le Chef de l’Etat samedi 23 février à Paris, à l’issue de sa visite au Salon de l’Agriculture. François Hollande a certes exclu d’alourdir encore la fiscalité dès 2013. « La trajectoire est bien celle d’aboutir à l’équilibre de nos finances publiques à la fin du quinquennat. Pour y parvenir, pas besoin d’ajouter de l’austérité en 2013, simplement tenir nos engagements. Il y a eu déjà beaucoup qui a été demandé aux contribuables. Mais nous avons à donner des gages de sérieux budgétaire en 2014 », a déclaré le président de la République.

Des prélèvements supplémentaires, « subsidiairement » (Hollande)

« Cet effort sera poursuivi et notamment des économies qui devront être faites par l’Etat, les collectivités locales, la Sécurité sociale pour que nous puissions continuer à réduire le déficit public conformément à nos engagements européens, a-t-il poursuivi. Nous avons fait cet effort aux deux tiers par des augmentations d’impôts et au tiers par des économies [en réalité le rapport est de ¾ pour ¼, comme l’a constaté la Cour des Comptes, NDLR]. A l’avenir, c’est-à-dire dès 2014, c’est d’abord par des économies et subsidiairement par des prélèvements supplémentaires que nous devrons atteindre nos objectifs », a exposé François Hollande, qui ouvre ainsi la voie à de nouvelles augmentations d’impôts pour l’an prochain. Une façon de rompre avec la ligne gouvernementale, qui consistait à affirmer que les impôts n’augmenteraient plus d’ici 2017.

Ni le Chef de l’Etat, ni le ministre du Budget n’ont détaillé la nature des efforts qui seraient demandés. Mais ne nombreuses pistes sont d’ores et déjà envisagées, comme la réduction des niches fiscales, comme le prône le président de la Cour des Comptes Didier Migaud, ou la suppression de la demi-part fiscale pour les enfants de moins de 25 ans qui poursuivent des études supérieures.


Cahuzac : « Un effort d’ajustement budgétaire à faire sur deux ans » by Europe 1