Augmenter la CSG pour améliorer la compétitivité ?


Selon le quotidien Le Monde, l'Elysée envisagerait de baisser de 40 milliards d'euros d'ici à 2017 les charges patronales pour favoriser la compétitivité des entreprises françaises. Cet allègement serait financé exclusivement par une hausse de la CSG.

bercy, minefi, csg

 

Le gouvernement pourrait faire marche arrière sur le dossier de la CSG (Contribution sociale généralisée). Alors que Jean-Marc Ayrault et ses ministres se sont évertués ces dernières semaines à rassurer les Français, leur promettant qu’aucune hausse de la contribution sociale généralisée n’était prévue, le quotidien Le Monde croit savoir que la majorité de François Hollande pourrait finalement procéder à une hausse de la CSG pour financer la compétitivité des entreprises françaises.

40 milliards d’euros sur 5 ans

Le gouvernement suivrait alors les préconisations du commissaire général à l’Investissement Louis Gallois, qui doit rendre un rapport sur la compétitivité à la mi-octobre. L’ancien président d’EADS prône un « choc de compétitivité », financé par une hausse d’impôt à assiette large, de préférence la CSG. Matignon envisagerait d’alléger les charges des entreprises. « Les nouveaux allégements – il pourrait s’agir des 5,4 points de cotisations familiales (patronales) – seront ciblés sur les salaires moyens, probablement entre 1,6 et 2,2 smic », rapporte ainsi le quotidien. Il faudrait alors trouver 40 milliards d’euros d’ici à 2017, soit environ 3,5 points de CSG, 1 point représentant environ 11 milliards d’euros. « Quarante milliards, c’est un ordre de grandeur qui n’est pas absurde », a indiqué une source gouvernementale interrogée par l’AFP. Cependant, « rien n’est acté » selon l’Elysée et des arbitrages restent possibles jusqu’à la remise du rapport de Louis Gallois à la mi-octobre.