Baisse d’impôt 2016 : Valls confirme, Sapin précise


Manuel Valls a pris l'engagement que la fiscalité des ménages allait diminuer en 2016. Mais tous les Français ne seront pas concernés, a nuancé son ministre des Finances Michel Sapin. Si ce dernier penche pour une mesure de baisse d'impôt sur le revenu, les modalités du coup de pouce fiscal n'ont pas été arrêtées.  

Impot sur le revenu 2016 : Valls et Sapin confirment une baisse

C’est maintenant une certitude : une nouvelle baisse d’impôt est prévue en 2016, après celles appliquées en 2014 et en 2015 pour les ménages les plus modestes. Le gouvernement s’y est formellement engagé, dans le sillage des déclarations de François Hollande, alors que l’élection présidentielle de 2017 approche à grand pas.

Valls : « Pas une promesse, un engagement »

« Depuis 2010, la fiscalité des ménages, les impôts ont augmenté beaucoup trop fortement. Nous avons affirmé clairement, le président de la République et moi-même, notre volonté de baisse cette fiscalité. […] La loi de finances pour 2016 organisera donc une nouvelle baisse de la fiscalité des ménages pour la troisième année consécutive. Ce n’est pas une promesse, c’est un engagement que le président de la République a annoncé et que nous tiendrons lors de la loi de finances 2016 », a déclaré le Premier ministre Manuel Valls le 21 août 2015 lors d’un déplacement à Paris.

La diminution de la pression fiscale figure même parmi les trois grands axes de la politique économique défendue par le locataire de Matignon dans une tribune publiée dans Les Echos, mardi 25 août 2015. La rentrée « sera marquée par de grands chantiers de réformes, avec toujours ces objectifs : croissance, emploi, baisse de la fiscalité », affirme-t-il.

« Notre pays a atteint des records dans ce domaine. Ce n’est pas sain. Les impôts sont trop souvent perçus comme une ponction injustifiée et non comme la nécessaire ¬contribution aux charges communes. Une fiscalité et un coût du travail élevés, ce sont aussi des entreprises moins compétitives dans une économie mondialisée. Nous devons aujourd’hui inciter les talents à s’exprimer pleinement sur notre territoire », a poursuivi l’ancien ministre de l’Intérieur.

Qui sera concerné par la baisse d’impôt ?

« Les classes moyennes et populaires », a déclaré Manuel Valls. « Il y aura une baisse d’impôt pour les Français, pas tous les Français : en particulier les Français les plus modestes qui ont supporté très fortement les hausses d’impôts qu’elles soient décidées par le précédent président de la République [Nicolas Sarkozy] ou par celui-ci [François Hollande] », a précisé le ministre des Finances Michel Sapin, mercredi 26 août, sur RTL.

Ce dernier a tenu à préciser, en réponse à une question du journaliste Olivier Mazerolle, que le gouvernement n’allait pas faire le « coup du bonneteau ». « Ce n’est pas parce que nous allons baisser [l’impôt] pour les uns que nous allons l’augmenter pour les autres. Nous compensons les baisses d’impôts, donc de recettes par des baisses de dépenses », a affirmé le locataire de Bercy.

Modalités qui restent à définir

Comment la baisse d’impôt s’appliquera-t-elle ? Et pour quel montant ? Pour l’heure, rien n’est décidé. « Nous travaillons sur le sujet, le président de la République fera les arbitrages nécessaires, nous travaillerons aux modalités avec le Premier ministre », a fait savoir Michel Sapin, suggérant que c’est à nouveau sur les avis d’imposition, plutôt que sur leur fiche de paie, que les Français concernés verront leurs impôts diminuer. « L’impôt sur le revenu est la question principale pour les Français. C’est certainement celui qui a fait le plus de mal au cours de ces dernières années. »

Le dispositif sera rendu public à la fin du mois de septembre, lors de la présentation du Budget 2016 de la France.

VIDEO : l’interview de Michel Sapin sur RTL


Impôts : « Il y aura une baisse pour les… par rtl-fr