Baisse d’impôt en 2017 : le oui mais de François Hollande


Pas de promesse mais un souhait. L'idée d'adopter une nouvelle baisse d'impôt sur le revenu à moins d'un an de l'élection présidentielle n'a pas quitté François Hollande. Mais il préfère être certain d'en avoir les moyens budgétaires.

Baisse d’impôt sur le revenu en 2017, le oui mai de Hollande

 

C’est à pas feutrés que François Hollande s’avance vers l’instauration d’une nouvelle baisse d’impôt sur le revenu. « Est-ce que la baisse d’impôt pour les ménages va se poursuivre ? », lui a demandé le journaliste Thomas Sotto sur Europe 1. « Ma réponse est oui à la condition que nous en ayons les marges de manœuvre, a-t-il réaffirmé. Et pour en déterminer le montant, les modalités, ce sera à l’été, a répondu le chef de l’Etat. Je ne veux pas promettre ce que je n’ai pas encore reçu par la croissance et par nos économies [budgétaires] ».

 

L’impôt sur le revenu en hausse en 2016 !

Invité spécial de la matinale de la station de radio, le président de la république a tenu à rappeler que « depuis 2014, il y a des baisses d’impôts : cela a représenté 5 milliards d’euros pour les ménages et 32 milliards pour les entreprises ». En omettant de préciser que le début de son quinquennat a été marqué par de lourdes augmentations, dans le prolongement de celles décidées par la droite avant son élection.

Autre non-dit du locataire de l’Elysée, l’impôt sur le revenu devrait rapporter 72,1 milliards d’euros à l’Etat cette année, contre 69,3 milliards d’euros en 2015, soit une augmentation de 4,1%, supérieure à la prévision de croissance économique en France en 2016 (+1,5%) ou à la hausse attendue du pouvoir d’achat (+1,2%).

Hausse de la TVA critiquée 2 ans après l’avoir augmentée

Le président de la République a admis que l’impôt sur le revenu était « très concentré », plus d’un foyer sur deux étant désormais non imposable, tout en le jugeant juste. « C’est vrai que pour les classes moyennes supérieures, il y a un taux de prélèvement qui est élevé », a-t-il ajouté.

En revanche, il en a profité pour tacler le programme fiscal des candidats de la primaire de la droite et du centre. « Quand je vois que certains candidats aux primaires de la droite (Alain Juppé propose notamment une hausse de 1 point pour alléger le coût du travail, NDLR) veulent augmenter la TVA, je dis ce n’est pas juste, parce que cela va toucher tous les Français indifféremment », a-t-il critiqué, rappelant que « tous les Français quel que soit leur revenus payent un impôt sur la consommation ». Et là encore en oubliant de préciser qu’il avait lui-même décidé d’augmenter la TVA de 7% à 10% pour le taux intermédiaire et de 19,6% à 20% pour le taux normal au 1er janvier 2014.

VIDEO : François Hollande favorable à une baisse des impôts, mais …