Déclaration de revenus : quels ajouts après une naissance


Les contribuables dont le foyer fiscal s'est agrandi grâce à une naissance en 2017 bénéficient d'un avantage fiscal pour leur impôt sur le revenu. Ils doivent mentionner certaines informations dans leur déclaration 2018.

La famille s’est agrandie en 2017 ? La déclaration des revenus évolue également. En effet, toute nouvelle personne à charge permet à un foyer fiscal de bénéficier d’une demi-part supplémentaire pour les deux premiers enfants ou d’une part fiscale entière à partir du troisième. Pour profiter des effets du quotient familial et d’une réduction d’impôt sur le revenu, il convient d’être attentif et de ne pas oublier certaines informations.

Etat civil pour le quotient familial

Si votre enfant est né en 2017, vous devez vérifier en page 2 du formulaire papier 2042 que cette information a été prise en compte par l’administration fiscale. Dans la rubrique « Personnes à charge en 2017 », il faut valider le nombre d’enfants rattachés à votre foyer fiscal en case F, dont ceux nés en 2016. La date de naissance du nouveau-né doit être précisée à la ligne suivante dans les cellules prévues à cet effet. En cas de résidence alternée de votre enfant, ce renseignement est indiqué en case H, la date de naissance étant inscrite à la ligne suivante.

Pour les familles monoparentales où le parent vivait seul au 1er janvier 2017, la case T de la déclaration de la déclaration doit être cochée. Elle permet de bénéficier d’un avantage fiscal supplémentaire au titre du quotient familial (3.602 euros par enfant).

Pour la déclaration des revenus en ligne sur impots.gouv.fr, après s’être connecté à son espace personnel, le contribuable doit, dans la rubrique « Votre situation familiale », vérifier les cases F et H et, le cas échéant, cliquer sur le bouton « Déclarer un enfant à charge » dans les espaces prévus pour les enfants non mariés de moins de 18 ans, y renseigner les nom, prénom, année et lieu de naissance de l’enfant ainsi que les nom et adresse de l’autre parent.

Réduction d’impôt pour la garde

Outre les informations relatives à la composition du foyer fiscal, le déclarant doit s’assurer que ses éventuelles dépenses pour la garde de ses enfants, y compris nouvellement nés, sont bien prises en compte. Procurez-vous pour cela le formulaire 2042 RICI dédié aux réductions et crédits d’impôt. Si, en 2017, vous avez fait garder votre enfant par une assistante maternelle, dans une crèche, une halte-garderie ou plus généralement à l’extérieur de votre domicile, le total des sommes engagées (salaire versé plus cotisations sociales pour une assistante maternelle ou coût de l’établissement de garde), duquel doit être déduit l’ensemble des aides comme le complément de libre choix du mode de garde (CMG) de la Paje, est notifié en cases 7GA à 7GC ou 7GE à 7GG si l’enfant est en résidence alternée.

A l’inverse, si vous avez employé un salarié à votre domicile pour faire garder votre enfant, les dépenses liées doivent être indiquées en case 7DB (la case 7DF pour les retraités a été supprimée dans la déclaration 2018). Si, en 2017, vous avez pour la première fois fait appel aux services d’un salarié à domicile, il faut cocher la case 7DQ. A la clé : une réduction d’impôt relevée au maximum de 1.500 euros.

Versement d’une pension alimentaire

Enfin, si vous vous êtes séparé de votre conjoint en 2017 et que vous versez une pension alimentaire pour l’éducation de votre enfant, n’oubliez pas d’inscrire dans la rubrique 6 « Charges déductibles » du formulaire 2042 le montant de cette dépense en case 6GU ou en case 6GP lorsque la pension émane d’une décision de justice. Ces montants sont totalement déductibles des revenus à déclarer sous réserve de pouvoir les justifier.

Pour aller plus loin sur les impôts
Dépendance, salarié à domicile : double réduction d’impôt pour un couple marié ou pacsé

Les aides pour remplir sa déclaration de revenus