Défiscalisation en Sofica : « Il faut avoir envie de financer le cinéma »

Partagez

José Fernandez, directeur de l’offre financière de l’UFF

INTERVIEW José Fernandez, directeur de l'offre financière de l'UFF, banque spécialisée dans le conseil en gestion de patrimoine, décrit l'intérêt de la souscription de parts de Sofica. Un placement défiscalisant qui requiert une certaine appétence pour le financement du 7ème art.

 

 

Toutsurmesfinances.com : Depuis quatre ans, l'UFF propose à ses clients d'investir dans des parts de Sofica. Pourquoi un tel choix ?

José Fernandez : Nous avons commencé à proposer des parts de Sofica (Sociétés de financement de l'industrie cinématographique et de l'audiovisuel, NDLR) avec un unique partenaire en 2010. Pour 2013, l'UFF a sélectionné cinq Sofica sur les dix sociétés agréées par le Conseil national du cinéma, le CNC. Nous avons connu une véritable montée en puissance de ce placement auprès de nos clients. De 750.000 euros en 2010, notre collecte devrait atteindre 11 millions d'euros cette année, sur les 63 millions d'euros qui constituent l'enveloppe nationale pour 2013.

Au tout début de la commercialisation des Sofica à l'UFF, ces produits n'étaient pas connus. Nous les avons introduits par petites touches dans notre réseau. Désormais, nos clients connaissent les Sofica et le fait que l'UFF soit un partenaire crédible pour ces sociétés nous a permis d'obtenir des enveloppes conséquentes au regard du reste du marché.

 

Comment expliquer le succès grandissant de ce placement ?

Du côté de l'UFF, nos collaborateurs ont connu un réel effet d'apprentissage grâce à une expérience grandissante sur ce produit. Il y a également un effet de marché à mettre en avant : l'avantage fiscal d'un investissement dans une Sofica, une réduction d'impôt de 36% hors plafonnement global* des niches fiscales de 10.000 euros, et sa place à part comparé à des placements plus complexes patrimonialement parlant (Malraux, DOM-TOM...) intéressent les contribuables.

Qui plus est, c'est un placement très accessible avec des montants de parts très faibles, qui varient entre 100 et 1.000 euros chez nos partenaires et un montant minimal pour souscrire généralement fixé à 5.000 euros. La souscription moyenne s'établit à 8.000 euros contre 12.000 à 13.000 euros pour un FCPI (fonds commun de placement dans l'innovation, NDLR).

Enfin, et contrairement à de nombreux placements, une personne qui investit dans une Sofica est assez sereine quant au résultat final de l'opération. Il faut simplement être à l'aise avec un investissement bloqué pendant 5 ans et demi.

 

Justement, les Sofica sont parfois pointées du doigt pour leurs rendements...

Malgré ce qui se dit souvent, une personne qui achète des parts de Sofica n'investit pas à perte : le rendement est loin d'être catastrophique. Si l'intérêt réside évidemment dans la défiscalisation, au global, vous arrivez régulièrement à des taux de rendement interne (TRI) annuels compris entre 6 et 10%. Le couple rendement risque est donc tout à fait raisonnable.


D'autre part, les souscripteurs ne s'attendent pas à des rendements énormes. Leur choix se fait sur d'autres critères : ils se disent surtout qu'ils aident à financer le cinéma. Une Sofica, c'est un placement militant.

 

L'avantage fiscal des Sofica figure parmi les plus importants et ne rentre pas dans le plafond global des niches fiscales. Ces attraits vont-ils être préservés à l'avenir ?

C'est la niche fiscale qui a le plus de chances de perdurer. C'est un placement qui bénéficie d'une exception culturelle en quelque sorte et les pouvoirs publics comme le CNC montrent une réelle volonté de maintenir les avantages des Sofica.

Il n'a pas eu non plus de course à l'échalote puisque le montant de collecte annuel est resté à peu près le même depuis dix ans, soit environ 60 millions d'euros. Ces éléments nous mettent forcément en confiance. Et nos clients également : notre collecte, lancée la troisième semaine d'octobre, dépasse déjà les 10 millions d'euros.

*Les investissements dans des parts de Sofica sont inclus dans un plafond de 18.000 euros. La réduction d'impôt est de 30%, voire 36% en fonction des fonds alloués par la Sofica au cinéma indépendant. L'UFF commercialise exclusivement ce type de parts.

 

Propos recueillis par Thibault Lamy

 

Calendrier fiscal 2017

calendrier fiscal aout 2017

Réseaux Sociaux