FCPI Hedios : un remboursement avec une plus-value de 14,6%

Partagez

Le FCPI Durée Limitée 2 géré par Inocap a permis à ses souscripteurs de sortir gagnants de leur investissement après 6 ans de blocage des fonds. Non-imposable, la plus-value a été obtenue grâce à des prises de participation dans des PME innovantes, la plupart du temps cotées en Bourse.

FCPI : performances positives pour les fonds Hedios

 

Distributeur en ligne de produits financiers et de défiscalisation, Hedios a annoncé le remboursement, avec « plus-value et dans les délais prévus », du FCPI Durée Limitée 2, qui avait collecté 2,4 millions d'euros. Ce fonds commun de placement dans l'innovation lancé fin 2008 a été remboursé aux souscripteurs à hauteur de 114,60% du montant de l'investissement initial, soit un gain de 14,6% hors avantage fiscal (25% de réduction d'impôt sur le revenu, NDLR) et avant prélèvements sociaux de 15,5%.

Cette performance est très similaire à celle du FCPI Durée Limitée 1, remboursé en 2013 avec une plus-value brute (hors prélèvements sociaux) non imposable de 15,12%. Pour Julien Vautel, PDG de Hedios, les sommes rétribuées aux investisseurs justifient la stratégie consistant à réduire la durée de blocage des fonds de sorte qu'elle se rapproche « le plus possible de la durée minimale de détention fiscale », soit 5 ans minimum. Le FCPI Durée Limitée 2 devait être liquidé au bout de 6 ans maximum, à une époque où la norme était une durée de blocage de 8 à 10 ans. « Quand on gagne 4 ans, on gagne aussi 4 ans de frais de gestion, ce qui concourt à la performance », se félicite Julien Vautel, sachant que les frais de gestion annuels des FCPI sont généralement compris entre 4 et 5%.

40% de plus-value sur EOS Imaging

Ces performances sont le fruit de la gestion d'Inocap, spécialiste de la prise de participation au capital de PME françaises innovantes, principalement cotées en Bourse. Sur 19 investissements effectués durant la vie du fonds, la plupart ont été gagnants. « Cinq ont connu une performance supérieure à 100%, un entre 50% et 100%, six entre 20% et 50%. Deux ont enregistré une contribution négative supérieure à 50%. C'est tout l'intérêt de la mutualisation, qui justifie la souscription de parts d'un fonds », explique Pierrick Bauchet, associé gérant et directeur général délégué d'Inocap. Une plus-value de 40% a notamment été réalisée sur l'achat d'actions EOS Imaging, société qui commercialise un système d'imagerie médicale radiographique par rayons X à faible dose de radiations, basé sur les travaux du Prix Nobel de Physique Georges Charpak. Inocap avait pris une participation via le FCPI Durée Limitée 2 après l'introduction en Bourse d'EOS Imaging, réalisée sur le compartiment C d'Euronext Paris le 16 février 2012.

L'essentiel des gains provient de la poche investie en PME, soit 60% de l'actif du fonds, sachant que les 40% restants étaient placés sur des fonds monétaires. Pierrick Bauchet précise que la liquidation du FCPI s'est opérée en 9 mois sans « aucun transfert » d'une ligne du portefeuille vers un autre FCPI géré par la société de gestion. Le gérant de fonds avoue tout de même avoir dû consentir quelques décotes pour se séparer de certains investissements dans le temps imparti.

En savoir plus sur les FCPI
- Fiche pratique sur les FCPI

 

Calendrier fiscal 2019

calendrier fiscal 2019 dates

Réseaux Sociaux