FIP-FCPI : près de 100.000 souscripteurs dans les fonds PME en 2014

Partagez

L'investissement au capital de PME au travers de fonds pour payer moins d'impôt a augmenté de 12% en 2014. Les fonds d'investissement de proximité (FIP) sont préférés aux fonds communs de placement dans l'innovation (FCPI), plus risqués.

fip-fonds-proximite

 

La défiscalisation dans les PME rebondit. 97.000 particuliers ont souscrit à des FCPI et FIP en 2014, soit une progression de 8% par rapport à 2013 (90.000). Ces fonds d'investissement dans les PME qui permettent de bénéficier d'une réduction d'impôt sur le revenu (IR) ou sur la fortune (ISF) en contrepartie de la souscription de parts et d'un blocage d'au moins 5 ans de l'épargne investie connaissent un net regain d'intérêt.

Investissements plus élevés au titre de l'ISF

« Ce nombre est supérieur à celui constaté les 3 années antérieures », se félicitent l'Association française de la gestion financière (AFG) et l'Association française des investisseurs pour la croissance (Afic), associations professionnelles des sociétés de gestion de fonds dans le non coté. Cependant, il reste inférieur de 33% aux 145.000 souscripteurs de 2008, âge d'or des fonds d'investissement de proximité (FIP) et des fonds communs de placement dans l'innovation (FCPI). Cette-année-là, ils avaient collecté un montant record de 1,180 milliard d'euros. Ce cap du milliard d'euros n'a jamais été atteint depuis et les sommes investies n'ont cessé de décliner jusqu'en 2012, avant de rebondir. Ainsi, en 2014, 763 millions d'euros ont été levés par les FCPI et les FIP créés en 2014. Un total en progression de 12% par rapport à 2013.

En particulier, les souscriptions au titre de l'IR, en chute libre depuis 2010, sont reparties à la hausse (+6% par rapport à 2013 à 377 millions d'euros). Les fonds ouvrant droit à une réduction d'ISF ont quant à eux vu leur collecte décoller de 17%. Conséquence, les montants collectés au titre de l'ISF (386 millions d'euros) sont supérieurs aux fonds levés au titre de l'IR (377 millions) pour la première fois depuis 2008. Les FIP (431 millions d'euros), dont les portefeuilles sont investis dans des PME plus matures, sont préférés aux FCPI (332 millions d'euros) qui investissent dans des start-up et des PME innovantes. C'est le cas depuis 2011.

Plafonds et taux inchangés en 2014

Pour les représentants des sociétés de gestion, cette reprise est due à une stabilisation du paysage fiscal. Le taux de réduction d'impôt sur le revenu (18%) est inchangé depuis 2012 et le plafonnement global des niches fiscales à 10.000 euros instauré en 2013 n'a pas subi de modification en 2014.

Cependant, l'Afic et l'AFG remarquent que les niveaux de collecte comme le nombre de souscripteurs demeurent nettement plus bas que ceux constatés entre 2008 et 2010. Ce qui les conduit à renouveler leurs propositions d'assouplissements qu'elles défendent auprès des pouvoirs publics. Les professionnels de l'investissement dans les PME non cotées réclament une sortie du plafond des niches fiscales pour les fonds IR et une simplification du mode de calcul de la réduction d'ISF, qui dépend du quota de PME éligibles. Cette contrainte n'existe pas pour les souscriptions de parts de FIP et FCPI réalisées au titre de la réduction d'impôt sur le revenu.

 

Calendrier fiscal 2018

calendrier fiscal 2018 dates

Réseaux Sociaux