Impôts : qu’est-ce que la taxe Tobin ?


Nicolas Sarkozy doit se rendre aujourd'hui en Allemagne pour discuter avec la chancelière Angela Merkel de l'instauration d'une « taxe Tobin » sur les transactions financières en Europe plus tôt qu'initialement prévu. Imaginée dans les années 1970, régulièrement évoquée, cet impôt soulève des contestations. Mais à quoi correspond réellement cette nouvelle taxation ?

impot, argent,

Le président de la République a fait réagir le vendredi 6 janvier en affirmant que l’Hexagone n’attendrait pas un consensus en Europe notamment de la zone Euro pour mettre en application la taxe sur les transactions financières.

Mais qu’est-ce que la taxe Tobin ?

C’est en 1972 qu’un certain James Tobin, économiste américain, soumet l’idée de taxer les transactions monétaires internationales dans l’optique de lutter contre la spéculation à court terme avec un taux compris entre 0,05% et 1%. Son nom reste lié à cette proposition vite oubliée.

Son histoire

Elle refait son apparition à la fin des années 90 par l’intermédiaire d’organisations non gouvernementales (ONG) notamment ATTAC qui souhaitent taxer la finance mondiale afin de financer le développement des pays pauvres. En 2001, la France vote une loi pour instaurer la taxe Tobin dès lors que tous les pays de la zone Euro auront voté cette nouvelle taxation. Pour l’heure, aucun pays n’a mise en œuvre cette taxe.

Nicolas Sarkozy reprend une première fois cette idée à son compte en 2007 avec la volonté de lutter contre la spéculation. En l’absence d’une forte mobilisation, l’idée est encore abandonnée. Avec une crise de la dette souveraine européenne de plus en plus menaçante, le président français a dans le viseur le secteur de la finance, qui selon lui, est l’un des coupables des différentes crises. Il veut donc appliquer le plus rapidement possible un projet de directive de la Commission Européenne de septembre 2011. Ce dernier prévoit de taxer l’achat d’actions et d’obligations à hauteur de 0,1% et 0,01% pour les produits dérivés à l’horizon 2014. Elle pourrait permettre de récupérer 57 milliards d’euros en Europe par an. Nicolas Sarkozy espère faire voter ce projet de loi au parlement avant l’élection présidentielle.

Cette taxe suscite des contestations

Cette taxe Tobin effraie tout d’abord la place financière française qui a peur de perdre en compétitivité face aux autres places boursières mondiales si elle est la seule à l’appliquer… Au niveau européen, plusieurs chefs d’Etat tels que la chancelière Allemande ou le premier ministre italien sont favorables à cette nouvelle imposition mais seulement à partir de 2014. La France semble faire cavalier seul ce qui inquiète ses partenaires européens. La contestation la plus vigoureuse provient du Royaume-Uni où la City est l’un des secteurs les plus puissants en termes de poids dans l’économie anglais et où des milliers d’emploi sont à la clé… A noter que les anglais ont déjà instauré un droit de timbre de 0,5 % sur les actions qui remporte environ 3 milliards d’euros par an.