L’indemnité kilométrique vélo fixée à 25 centimes d’euro


Le gouvernement a enfin tranché sur l'indemnité kilométrique vélo (IKV) : elle se monte à 25 centimes d'euro par kilomètre parcouru par le salarié pour se rendre de son domicile à son lieu de travail. Cumulable avec un abonnement de transport collectif ou de station de location de vélo, l'IKV reste limitée à 200 euros par an et par salarié.  

L'indemnité kilométrique vélo (IKV) est fixée à 25 centimes d'euro par kilomètre.

Les salariés sont encouragés à enfourcher leur vélo, et en prime ils réduisent leur impôt. Très attendu, le décret fixant le montant de l’indemnité kilométrique vélo (IKV) est paru vendredi 12 février 2016 au Journal Officiel. En effet, la mesure est entrée en vigueur… au 1er juillet 2015. Mais impossible de l’appliquer dans les faits sans connaître le montant de l’IKV.

Ainsi pour chaque kilomètre parcouru, le cycliste sera indemnisé à hauteur de 25 centimes d’euro par son employeur. Le mécanisme fonctionne sur l’exemple de ce qui se pratique déjà pour les véhicules ou pour la prise en charge d’une partie de l’abonnement de transport par l’entreprise.

Concrètement, votre employeur devra vous rembourser une partie des frais engagés lorsque vous effectuez des déplacements à vélo ou vélo à assistance électrique entre votre domicile et votre lieu de travail. A titre d’exemple, si vous résidez à 6 kilomètres de votre travail, votre entreprise vous indemnisera à hauteur de 3 euros par jour, soit 60 euros par mois en se basant sur un mois comptant quatre semaines.

200 euros par an maximum

Par ailleurs, si vous habitez non loin d’une station de transport, vous pourrez également prétendre à toucher l’IKV pour ce trajet dit de « rabattement ». « Le bénéfice de la prise en charge des frais engagés pour se déplacer à vélo ou à vélo à assistance électrique pour les trajets de rabattement vers des arrêts de transport public peut être cumulé avec la prise en charge des abonnements de transport collectif ou de service public de location de vélo », est-il indiqué dans le décret.

Attention, pour prétendre à ce cumul, ces abonnements ne doivent pas vous permettre d’effectuer les mêmes trajets que ceux que vous réalisez à vélo. A noter également que le trajet de rabattement à vélo pris en compte pour le versement d’indemnités « correspond à la distance la plus courte entre la résidence habituelle du salarié ou le lieu de travail et la gare ou la station de transport collectif », est-il précisé.

Toutefois, si finalement le gouvernement a tranché pour une IKV de 25 centimes d’euro par kilomètre au lieu des 12 à 15 centimes d’euro un temps évoqués, il a plafonné l’exonération d’impôt sur le revenu à 200 euros par an et par salarié. A vous de faire le calcul pour savoir si pédaler pour aller travailler en vaut vraiment la peine.