Les Français « libérés » des impôts le 26 juillet 2013

Partagez

Le jour de libération fiscale des salariés Français intervient le 26 juillet 2013 selon l'Institut économique Molinari. Dans une étude sur le « fardeau fiscal et social qui pèse sur le salarié moyen des 27 pays membres de l'Union européenne (UE) », l'institut, qui s'appuie sur des données du cabinet de conseil Ernst & Young, place la France au 2ème rang des pays d'Europe où les salariés supportent la plus forte pression fiscale et sociale. « Comme l'an passé les champions de la fiscalisation sont la Belgique et la France. Les prélèvements obligatoires y représentent 60,25 % et 56,61 %, avec des libérations fiscales les 8 août et 26 juillet 2013 », note ainsi l'organisme de recherche.

Le jour de libération fiscale correspond à la date à laquelle le salarié « recouvre la liberté d'utiliser, comme il veut, son pouvoir d'achat, en consommant ou épargnant ». Ce moment intervient dès lors que les charges sociales patronales, salariales, l'impôt sur le revenu et la TVA d'une année entière sont intégralement payés selon l'Institut Molinari. En France, il est fixé au 26 juillet, soit après 206 jours écoulés en 2013.

Dans ce classement, la France précède de peu l'Autriche, pour laquelle le jour de libération fiscale intervient le 23 juillet. Suivent la Hongrie (16 juillet), l'Allemagne (13 juillet) et l'Italie (10 juillet). Pour ces quatre pays ainsi que la France et la Belgique, « plus de la moitié des revenus liés au travail sont prélevés au titre des impôts et taxes, précise l'étude. Cela signifie que le salarié moyen n'a pas de maîtrise directe sur plus de 50 % des fruits de son travail (...) ».

Selon l'Institut Molinari, le niveau élevé de ces prélèvements obligatoires conduit à « un pouvoir d'achat amputé ». Ainsi, si un employeur dépense en moyenne 53.647 euros pour un salarié français, ce qui le place en 5ème position en Union européenne, « il est particulièrement fiscalisé, avec 30.371 euros de charges (...). Il ne lui reste in fine que 23.276 euros, ce qui met le salarié moyen français au 9ème rang de pouvoir d'achat réel dans l'UE ».

 

Sur la fiscalité en 2013
Hausses d'impôts de 4 à 6 milliards d'euros confirmées par Moscovici

 

Calendrier fiscal 2016

calendrier fiscal septembre 2016

Réseaux Sociaux