Les Français opposés à la taxation des revenus tirés d’Airbnb


L’économie collaborative continue de diviser. Selon une étude Toluna réalisée pour le réseau d’agences immobilières Laforêt, 58% des sondés* affichent leur opposition à l’imposition des revenus obtenus sur des plateformes immobilières telles qu’Airbnb. Une mesure récemment proposée dans le rapport du député socialiste Pascal Terrasse remis au gouvernement le 8 février 2016. L’élu de l’Ardèche souhaite en effet introduire un distingo entre les revenus occasionnels et les revenus professionnels dégagés par certains utilisateurs de sites collaboratifs.

Dans le détail, « environ trois quarts » des moins de 34 ans sont réfractaires à cette disposition, cette dernière recevant un accueil plus favorable chez les plus de 55 ans, convaincus à 59% de sa pertinence.

Le directeur exécutif de Laforêt Yann Jehanno recommande pour sa part de « mettre en place à la fois des règles du jeu acceptées et acceptables par tous » et appelle le gouvernement à ne pas « se cantonner au seul fait de savoir s’il faut pré-remplir les déclarations d’impôts, sans s’attaquer au sujet de fond », à savoir redonner aux particuliers « une âme de bailleur ». Pour les transactions réalisées à compter du 1er juillet 2016, les usagers d’Airbnb notamment recevront un relevé annuel de revenus. Objectif : les pousser à déclarer les sommes reçues sur la plateforme.

*1.005 personnes majeures interrogées sur Internet le 19 février 2016

Pour aller plus loin
La sous-location sur Airbnb va être davantage contrôlée