« Promelys Participations s’adresse aux investisseurs frustrés par la défiscalisation »


INTERVIEW – Directeur général de Promelys Participations depuis septembre 2012, Pierre-Victor Sabatier a repositionné la société de gestion sur le non coté en dehors des schémas de défiscalisation. Au programme, une formule d'accompagnement des business angels.

pierre, victor, sabatier, promelys, participations

Toutsurlesimpots.com : Dans quel contexte s’inscrit votre nomination à la direction générale de Promelys Participations ?
Raphaël Gorgé a saisi en 2010 l’opportunité d’acquérir Avenir Finance Gestion (alors renommée Promelys Participations) via Pelican Venture, sa holding familiale. Son idée consistait à déployer la stratégie de gestion qu’il appliquait pour son compte propre auprès d’une clientèle d’investisseurs externes. Mon arrivée au second semestre 2012 a coïncidé avec la volonté de franchir une nouvelle étape pour Promelys mais aussi pour Sopromec, « la doyenne du capital-investissement français » acquise en 2006 et Fondelia, spécialiste du micro capital-investissement créé en 2010, toutes deux également détenues par la famille Gorgé.

Quelles ont été les premières décisions prises depuis votre nomination ?
La première étape a consisté à créer Gorgé Investissement, pôle qui rassemble les trois entités de capital-investissement de la famille Gorgé. Il s’agit d’installer une marque commune destinée à structurer et développer les trois sociétés sur la base d’une approche et de valeurs communes. Un exemple : Promelys bénéficie déjà en quelques mois d’un deal-flow (dossiers d’investissement examinés, NDLR) plus important du fait de son appartenance à Gorgé Investissement. En parallèle, nous avons travaillé au repositionnement de Promelys Participations sur son marché des solutions d’investissement en non coté. La société de gestion était positionnée sur la défiscalisation. Or les FCPI et FIP subissent des contraintes réglementaires très lourdes et une instabilité fiscale qui brident la valeur ajoutée que nous pouvons apporter et les performances que les épargnants sont en droit d’attendre. De plus, ce marché est trop guidé par des effets de mode basés sur des innovations de gestion ou marketing, à l’opposé de la philosophie qui anime Raphaël Gorgé.

Promelys Participations abandonne-t-elle le marché de la défiscalisation IR / ISF ?
Non, Promelys Participations poursuit l’investissement et la gestion des FCPI-FIP existants, lancés depuis 2000. Nous continuerons également de proposer des solutions dédiées pour des conseillers en gestion de patrimoine indépendants ou des réseaux de distributions qui nous sollicitent, si nous considérons que nous pouvons gérer les fonds de façon qualitative. Mais notre cœur de métier sera de proposer aux investisseurs frustrés par les offres de défiscalisation classiques des solutions d’investissement centrées sur un objectif de création de valeur.

Quel sera le principe de fonctionnement de ces nouvelles solutions d’investissement ?
Promelys va décliner ce positionnement de deux manières. Nous allons cibler l’investisseur particulier disposant de sommes comprises entre 50.000 et 500.000 euros à investir dans le non coté sur 3 ans. Actuellement, cette clientèle n’a pas accès aux solutions de gestion de fortune de type fonds communs de placement à risques institutionnels (FCPR), club deal ou family office. Nous allons leur proposer des véhicules adaptés et accessibles, de type FCPR, holdings et sociétés de capital-risque (SCR). Le second volet est ce que j’appelle le « Business Angel encadré ». L’idée est de proposer des dossiers d’investissement dans des petites et moyennes entreprises (PME) dans le cadre de cercles restreints d’investisseurs via des mandats de gestion ou de conseil.

C’est-à-dire ?
Beaucoup d’investisseurs, souvent eux-mêmes entrepreneurs ou ex-entrepreneurs aiment investir en direct dans des PME non cotées mais arrivent rapidement à la limite de l’exercice. Comment faire le tri entre les bons et les mauvais dossiers ? Comment concrétiser un contact par une formalisation financière et juridique auprès de PME pas forcément bien entourées sur ces sujets ? Et du côté du chef d’entreprise qui lève des fonds, comment gérer de façon structurée la relation avec les actionnaires minoritaires ? C’est pour répondre à toutes ces questions que nous travaillons à des solutions au sein desquelles Promelys va faire le tampon entre le chef d’entreprise et l’investisseur, au moment de l’investissement mais aussi après afin d’assurer un suivi régulier.