3 questions à Cyril Blesson : « la hausse du taux du Livret A à 1,75% le rend de nouveau attractif »


Le directeur de la recherche économique de la société de conseils Seeds Finance estime peu probable une remise en cause de la fiscalité du Livret d'épargne réglementé.

La rémunération du Livret A passe de 1,25% à 1,75% au premier août 2010. Est-une bonne nouvelle ?
Avec cette hausse, le taux du Livret A redevient supérieur à celui de l’inflation. Et comme l’inflation va sans doute rester faible durant les prochains mois, la hausse du taux du Livret A à 1,75% le rend très attractif.

La concurrence avec les autres produits d’épargne va-t-elle donc s’accentuer ?
Oui, les autres produits d’épargne liquide, comme les comptes à terme, les livrets de banque et certains OCPVM, vont souffrir. Dans un second temps, l’assurance vie va connaître un léger coup de frein, même si sa collecte devrait rester positive.

De nombreuses niches fiscales sont sur la sellette. La défiscalisation des intérêts du Livret A pourrait-elle être concernée par le « coup de rabot » qui se prépare ?
D’un point de vue macro-économique, un ajustement de la fiscalité du Livret A pourrait se justifier. En effet, une épargne sans risque ne permet pas de financer l’investissement et l’innovation. D’un point de vue politique, il paraît difficile de toucher au Livret A.