89 milliards d’euros de décollecte nette pour les OPCVM monétaires et non monétaires en 2011


La Banque de France a observé un fort mouvement de rachats nets d'OPCVM (Organisme de placement collectif en valeurs mobilières) non monétaires l'an passé, supérieur à celui constaté sur les OPCVM monétaires.

placement, bourse

Les Sicav et FCP non monétaires comprenant les actions, les obligations et des produits mixtes ont vu leurs souscriptions nettes augmenter en décembre 2011 de 4,5 milliards d’euros pour atteindre un total 837,4 milliards d’encours à la fin de l’année écoulée. Sur l’exercice entier, les retraits nets s’établissent néanmoins à 46 milliards d’euros, après une collecte positive de 6 milliards en 2010.

Les investisseurs ont fui les actifs risqués sans pour autant se reporter vers des actifs non risqués tels que les OPCVM monétaires dont le taux de rendement est très faible. La tendance pour les OPCVM non monétaires du mois de décembre devrait se poursuivre au mois de janvier 2012 en raison d’un vent d’optimisme sur les marchés financiers après les différentes actions menées par les banques centrales.

Pour leur part, les OPCVM monétaires ont atteint les 351,1 milliards d’euros d’encours à la fin du mois de décembre 2011. Les flux de souscriptions sont positifs de 2,8 milliards d’euros au cours du dernier mois mais ne compense par la baisse des encours évaluée à 43 milliards d’euros par la Banque de France en 2011. Toutefois, ce chiffre est divisé par deux par rapport à 2010.

A fin 2011, les ménages français représentaient 9% des encours des OPCVM monétaires. Pour les OPCVM non monétaires, cette détention monte à 21% du total.