A quoi sert l’épargne sur les Livrets A, LDD et LEP ?


Pour la première fois, une étude explique comment les fonds collectés par la Caisse des dépôts et consignations sur les livrets d'épargne réglementée (Livret A, LDD, LEP) sont utilisés. Cette manne sert en grande majorité à financer des projets locaux, constructions de logements sociaux en tête.  

La grande majorité de l'épargne des Français collectée par la Caisse des dépôts reste dans le département d'origine

Les Français qui se demandent si leur épargne a un sens peuvent être rassurés. Les fonds collectés par la Caisse des dépôts et consignations (CDC) sur les Livrets A, Livrets de développement durable (LDD) et Livrets d’épargne populaire (LEP) ont bel et bien une utilité. Selon une étude réalisée par le Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés (LATTS), cette épargne « profite aux projets locaux et aux acteurs de proximité ».

Pour en arriver à cette conclusion, l’étude se base sur la partie de la collecte des Livrets A, LDD et LEP centralisée dans le fonds d’épargne de la CDC, de 243 milliards d’euros, soit 60% du total des encours de ces produits (409 milliards d’euros), le solde étant conservé par les banques. Sur ce montant, 157 milliards d’euros sont affectés à des prêts au logement social et à la politique de la ville ou au secteur public local. Le solde est placé dans des actifs financiers, répartis entre obligations (89%) et actions (11%).

85% des prêts restent dans le département

Mais plus que l’affectation globale de l’épargne des Français, l’étude s’intéresse plus précisément à la répartition de ces fonds département par département : « Le poids relatif moyen de l’épargne de chaque département dans l’encours national est à 85 % similaire au poids relatif moyen des flux de prêts vers ce département dans l’ensemble des flux de prêts de la Caisse des dépôts », affirment les chercheurs du LATTS. Ainsi, sur les 20 milliards de crédits octroyés par le fonds d’épargne de la CDC en 2013, 17 ont servi à financer des projets dans le département où l’épargne avait été collectée.

Report de l’épargne des Français vers les métropoles

Le solde restant dans le fonds d’épargne, soit environ 15% du total des encours centralisés à la CDC, correspond à une « péréquation » entre les 96 départements étudiés. Si pour 65 d’entre eux, le montant des prêts alloués par la Caisse des dépôts et consignations est inférieur à la collecte, 31 bénéficient de cette redistribution. C’est particulièrement le cas de la Seine-Saint-Denis, du Val-de-Marne et du Nord, des zones avec « un parc social important », avancent les chercheurs du LATTS. Les autres départements franciliens (à l’exception de Paris et des Yvelines), la Seine-Maritime, la Marne, l’Eure, la Corse ainsi que la Haute-Garonne, la Gironde, le Rhône et l’Hérault profitent également de l’épargne des autres départements pour financer la construction de logements sociaux notamment.

A l’inverse, le Cantal, l’Aveyron, la Haute-Loire, la Nièvre, la Lozère et la Manche épargnent au profit des autres. « Il s’agit de départements en partie situés en zones rurales, qui ont traditionnellement moins de logements sociaux, ou dont les ménages épargnent beaucoup », avancent les auteurs de l’étude. « La capacité d’épargne des ménages d’une vaste moitié ouest de la France, ainsi que d’un pan du Nord-Est, est reportée en partie sur les grandes métropoles », concluent les chercheurs.

Sur l’actualité des livrets d’épargne en 2015
Le taux du PEL trop élevé pour la Banque de France
Le compte sur livret régional de la Caisse d’Epargne a attiré 400 millions d’euros
Les jeunes épargnent malgré leurs difficultés financières