Actionaria : « Répondre aux besoins d’information des investisseurs »


INTERVIEW – A une semaine de l'ouverture du 16ème salon Actionaria, son organisatrice Blandine Fischer détaille les nouveautés de cet événement dédié aux investisseurs individuels. L'occasion de rappeler qu'investir dans les actions, c'est avant tout investir dans l'économie.

Blandine Fischer, organisatrice du salon Actionaria.

 

Toutsurmesfinances.com : Le Salon Actionaria* ouvre ses portes le 22 novembre 2013. Quelles sont les nouveautés pour les visiteurs cette année ?
Blandine Fischer : Pour ce quinzième anniversaire d’Actionaria, nous avons essayé d’élargir la cible du salon, notamment avec un parcours dédié aux étudiants. Nous avons voulu être encore plus pédagogues avec nos visiteurs- plus de 28.000 en 2012- en essayant d’être le plus simple possible. Avec le parcours étudiant, les plus jeunes pourront profiter d’ateliers pour comprendre le trading ou savoir vers quels métiers s’orienter s’ils veulent travailler dans le monde de la Bourse notamment. A ce titre, nous avons beaucoup communiqué sur cette ouverture aux plus jeunes, avec les réseaux sociaux et nos associations avec l’Essec (École supérieure des sciences économiques et commerciales, NDLR) ou Studyrama entre autres. Par conséquent, les visiteurs pourront retrouver des intervenants qui ont un lien très fort avec le monde étudiant.

Nous le savons, la culture financière n’est pas très élevée en France. Nous avons donc également mis en place un parcours intitulé Les clés de la Bourse, qui s’adresse aux novices. Mais les plus érudits de nos visiteurs pourront bénéficier d’ateliers sur l’analyse technique ou le Forex (marché des devises, NDLR) en passant par des rencontres avec les stratèges d’entreprise que sont les dirigeants.

Nous avons créé cette année un grand jeu de gestion de portefeuille avec la communauté Hopee, sur une durée de six mois, dont les résultats seront dévoilés pendant le salon Actionaria. La moyenne d’âge des membres de Hopee est de 45 ans, à comparer avec la moyenne du salon, de 59 ans.

Rajeunir le visitorat est-il un objectif de cette 16ème édition d’Actionaria ?
Actionaria est déjà ouvert à tous les types d’investisseurs. Notre but n’est pas nécessairement de diminuer l’âge des visiteurs mais de poursuivre notre objectif, accompagner les investisseurs dans leur information et les aider dans la prise de décision. Cette mission passe par la sensibilisation de tout un chacun à l’importance de l’investissement en entreprise qui permet de rapprocher l’investisseur de l’économie réelle. C’est un recentrage sur l’histoire-même d’Actionaria en quelque sorte. Nous sommes aussi présents pour montrer qu’il existe plusieurs manières d’investir : via la gestion collective, dans des sociétés cotées ou des sociétés non cotées…

Notre objectif consiste par ailleurs à répondre à des investisseurs présents dans le temps. En moyenne, 85% des visiteurs du salon sont déjà venus sur Actionaria. Ils recherchent un échange et de l’information. Ces éléments sont capitaux, surtout en forte période de dématérialisation de la relation actionnaires. La création d’espaces où les échanges sont possibles avec de vrais experts dans leur domaine, comme des présidents de PME, ou via notre forum Midcaps (capitalisations moyennes de Bourse, NDLR) en partenariat avec la nouvelle Bourse des PME et ETI, Enternext, et notre plateau d’analyse technique répond à ces besoins.

Dans cette optique, nous mettons l’accent sur la présence de petites et moyennes entreprises, avec le Village des PME, et sur les réunions d’actionnaires dans le cadre du salon, avec pas moins de 10 réunions, un record depuis la création de cet événement en 1998. Au total, Actionaria propose 135 ateliers et conférences, contre 150 en 2012. Cette tendance à la baisse résulte de notre volonté de simplifier les démarches pour nos visiteurs, avec les quatre parcours proposés notamment.

 

Les ateliers et conférences sont consacrés aux actions, mais pas seulement. Ce choix est-il lié à la création de nouveaux produits financiers ?
Nous nous sommes en effet positionnés sur de nouveaux produits d’investissement cette année, comme le PEA PME. Ce choix s’explique principalement par le fait que de nombreux Français sont au courant des nouveaux dispositifs, déjà effectifs ou non, mais qu’ils restent pour beaucoup connus sans plus de détail. L’actualité, avec la création d’un PEA dédié à l’investissement dans les petites et moyennes entreprises et dans les entreprises de taille intermédiaire (ETI), la mise en œuvre future d’un nouveau contrat d’assurance vie, l’ « Euro-Croissance » et la création d’Enternext est évidemment porteuse pour le salon.

 

Pensez-vous que les visiteurs répondront présent les 22 et 23 novembre prochains ?
Pour le moment, notre taux d’inscription est très bon. Nous sommes confiants car historiquement, la baisse de fréquentation sur le salon Actionaria ces dernières années, de 11%, est sans commune mesure avec celle du nombre d’actionnaires, tombé à 4 millions, soit un recul de 40% en seulement quelques années. Le salon est également au cœur du débat sur la fiscalité des actions et la création de nouveaux dispositifs d’épargne. Finalement, que ce soit par l’information, les conseils ou les rencontres, tout le monde devrait donc y trouver son compte.

 

*Vendredi 22 novembre de 9h30 à 19h, samedi 23 novembre de 9h30 à 18h30.
Palais des Congrès de Paris
2, place de la Porte Maillot
75017 Paris
Accès gratuit pour les enregistrements en ligne sur le site du salon (10 euros le pass de deux jours sur place).

 

*Propos recueillis par Thibault Lamy