Alternative aux fonds euros : les fonds diversifiés prudents


Il est possible d'investir sur des supports en unités de compte sans prendre de risques inconsidérés, avec une exposition faible aux actions et des performances assez régulières, bref, sur le papier faire mieux que les fonds en euros des contrats d'assurance vie.

 La catégorie d’OPCVM correspondant exactement à ce profil est celle des fonds diversifiés prudents.

Cet objectif de surperformance des fonds en euros est parfaitement assumé par les sociétés de gestion des fonds en question. On peut ainsi lire sur la fiche produit du fonds CamGestion Active 20 (CamGestion, groupe BNP Paribas) que l’ambition affichée est de « surperformer les fonds généraux d’assurance lorsque les marchés d’actions le permettent ». Comment ? Le trait commun de ces fonds diversifiés prudents est une approche prudente, comme leur nom l’indique, des marchés financiers, avec des structures de portefeuille limitant le poids des actions sous les 20% et des politiques de couverture partielle ou totale très dynamiques.

Optimiser le couple rendement / risque

Mais plus encore, la clé de voûte de ces fonds est la diversification. « Ce type de gestion nécessite de prendre un certain nombre de risques couverts par la diversification. Notre fonds ne souffre pas d’une exposition forte à tel ou telle classe d’actifs », souligne Tristan Delaunay, gérant du fonds Eurus d’Athymis Gestion, dont l’objectif de gestion est d’obtenir une performance nette annualisée de 6%. La diversification peut aussi être géographique, sectorielle, par type de valeurs pour les actions (grandes capitalisations ou valeurs moyennes et petites) multidevises ou par sous-classe d’actifs (obligations d’Etat matures, de pays émergents, obligations convertibles). Les fonds de fonds auront de surcroît la possibilité de varier les styles de gestion au sein des OPCVM composant leurs portefeuilles.

Aussi, pour limiter les risques, Tristan Delaunay travaille sur un nombre assez large de lignes, soit une petite trentaine. « Plus la classe d’actifs est risquée, plus la ligne est petite ce qui permet de la couper tout de suite. Nous nous assignons un objectif de rendement sur chaque ligne, d’au moins 4% l’an et de 8% pour quelques-unes pour atteindre l’objectif de gestion ». La logique est ici d’éviter d’avoir à surcompenser des performances trop faibles de certains produits de taux par une prise de risque qui ruinerait la performance globale.

Cette prudence est-elle systématiquement gage de sûreté ? Non car la préservation du capital investi par l’épargnant n’est pas liée à une garantie à proprement parler mais découle des techniques de gestion des gérants de fonds qui ne sont pas à l’abri des soubresauts des marchés. Ainsi, le fonds Echiquier Patrimoine, investi en produits obligataires et en actions européennes à majorité française, a accusé une performance négative de 6,5% en 2008 pendant que le CAC 40 perdait plus de 40%.

En savoir plus
>> Liste de fonds diversifiés prudents