Asit biotech mise sur la Bourse pour achever ses traitements contre les allergies


La société biopharmaceutique belge espère lever entre 24,5 et 39,3 millions d'euros à l'occasion de son introduction en Bourse. De l'argent frais qui doit lui permettre d'achever le développement de ses traitements contre les allergies aux pollens et aux acariens.

Asit biotech s'introduit en Bourse

Qui ne connaît pas un proche touché par des allergies ou ne souffre pas directement de cette maladie ? Si des traitements existent déjà sur le marché, ils ne sont pas toujours efficaces et la plupart des médicaments s’attaquent aux symptômes et non aux causes des réactions allergiques, qu’elles soient liées aux pollens, aux acariens ou à certains aliments. Asit biotech veut mettre au point de nouveaux traitements, plus efficaces et moins contraignants pour les patients. Pour cela, la société biopharmaceutique belge, qui a déjà levé 35 millions d’euros depuis sa création en 1997, compte réaliser une augmentation de capital à l’occasion de son introduction en Bourse, sur les marchés d’Euronext Paris et d’Euronext Bruxelles.

D’un montant minimum de 24,5 millions d’euros, qui pourra être porté à 39,3 millions d’euros en cas de forte demande pour les actions nouvelles émises, cette levée de fonds doit permettre de financer en priorité le développement clinique de son produit d’immunothérapie gp-Asit+. Utilisé pour lutter contre la rhinite allergique aux pollens de graminées via des injections sous-cutanées, ce nouveau médicament aurait un gros avantage sur ses concurrents : il offrirait « une réduction majeure de la durée de traitement par rapport à la majorité des thérapies existantes […] qui nécessitent 40 visites chez l’allergologue pendant 3 ans », indique dans un communiqué la biotech issue d’un essaimage de l’Université Libre de Bruxelles (ULB).

Lancement espéré en 2018

Le traitement développé par Asit biotech demanderait quant à lui seulement quatre visites chez l’allergologue, trois semaines avant la saison pollinique. Sachant que l’un des principaux soucis dans le traitement des allergies est l’abandon de la thérapie en cours de route par les patients, on comprend mieux le potentiel que peut représenter ce nouveau produit.

Au total, la société qui emploie 19 salariés compte consacrer 60% des fonds issus de l’augmentation de capital à la phase III du gp-Asit+, ultime étape avant de pouvoir formuler une demande d’autorisation de mise sur le marché (AMM). Les résultats des essais en cours sont attendus début 2017, pour une commercialisation du produit espérée courant 2018 en Allemagne, puis en 2019 dans le reste de l’Europe occidentale et aux Etats-Unis.

Environ 25% des capitaux collectés doivent servir à financer le développement préclinique et clinique (jusqu’à la phase IIb) d’un autre candidat médicament, le hdm- Asit+, destiné à traiter la rhinite allergique aux acariens. Enfin, 8% des fonds couvriront des besoins généraux de la société et les 7% restants seront employés à l’accélération de la R&D (recherche et des développements) préclinique de nouveaux produits pour lutter contre d’autres allergies, comme celle au lait de vache chez l’enfant. Ils seront toujours basés sur les fragments d’allergènes ASIT+ qui déclenchent une réponse immunitaire chez le patient.

300 millions d’euros de revenus en 2026 ?

Les Etats-Unis et l’Europe occidentale (France, Allemagne, Espagne et Italie) représentent un marché potentiel de 6,3 milliards d’euros, dont 3,3 milliards pour les graminées et 3 milliards pour les acariens, selon l’analyste Gilbert Dupont, banque d’affaires en charge de l’introduction en Bourse. « Nous espérons être les premiers à obtenir une autorisation de mise sur le marché » pour le gp-Asit+, précise François Meurgey, le directeur marketing de l’entreprise. Il devrait être un des premiers, tempère Gilbert Dupont, qui a identifié cinq sociétés concurrentes en train de mettre au point de nouveaux traitements d’immunothérapie.

Cette levée de fonds ne devrait pas être la dernière. La biotech belge aura besoin d’argent frais d’ici deux ans pour commercialiser son premier médicament, en cas de succès de la phase III. Des besoins financiers supplémentaires estimés à environ 30 millions d’euros par Gilbert Dupont. De premiers revenus tomberaient à partir de 2019, évalués à 3 millions d’euros. Les 300 millions d’euros de chiffre d’affaires seraient atteints en 2026. Les opérations deviendraient profitables au début de la prochaine décennie, avec un excédent brut d’exploitation (Ebitda) qui deviendrait positif à partir des années 2021-2023.

Le gp-Asit+ et le hdm- Asit+ seront vendus suivant la même gamme de prix que les traitements de désensibilisation actuellement commercialisés par des laboratoires comme le français Stallergenes et le danois ALK. Ils devraient obtenir un taux de remboursement au moins équivalent, estime Gilbert Dupont. Les injections sous-cutanées et le nombre de visites chez l’allergologue étant réduits, cette nouvelle thérapie devrait alléger les dépenses qui pèsent sur le système de santé. Et donc « inciter les autorités à promouvoir cette technologie novatrice », souligne l’analyste. Reste aux allergologues de jouer le jeu. Si le nombre de consultations par malade risque de diminuer, le nombre de patients souhaitant se faire soigner pourraient exploser.

 Asit biotech : modalités de l’introduction en Bourse

Marché de cotation
Euronext Bruxelles, Euronext Paris – compartiment C

Codes de l’action
Mnémonique : ASIT
Code ISIN : BE0974289218

Fourchette de prix indicative
7 – 8,50 euros par action (prix médian : 7,75 euros)

Nature de l’opération
Augmentation de capital (31,9 M€ en milieu de fourchette)

Nombre de titres émis
Entre 3.500.000 et un maximum de 4.025.000 actions ordinaires nouvelles à émettre

Eligibilité des titres
PEA 

Calendrier de l’IPO
Mardi 26 avril 2016 : visa du FSMA (régulateur boursier belge) sur le prospectus
Jeudi 28 avril 2016 : ouverture de l’offre
Lundi 9 mai 2016 : clôture de l’offre pour les particuliers à 16 heures
Mardi 10 mai 2016 : résultat de l’offre, exercice éventuel de la clause d’extension
Mercredi 11 mai 2016 : début des négociations
Jeudi 12 mai 2016 : règlement-livraison des actions