ASK : une introduction en Bourse pour se refinancer


Spécialiste des solutions sans contact sécurisées, ASK veut lever jusqu'à 33,9 millions d'euros dans le cadre de sa cotation sur Euronext Paris pour remettre ses finances à flot. L'augmentation de capital servira aussi à financer sa croissance sur les marchés des passeports sécurisés et des titres de transport.  

ask-introduction-bourse

Retrouver des marges de manœuvre pour doubler le chiffre d’affaires d’ici 2017. Le projet d’introduction en Bourse de la société niçoise ASK sur le compartiment C d’Euronext Paris relève autant de la restructuration financière que de la valorisation d’une technologie française brevetée sur le marché en forte croissance des solutions sans contact sécurisées.

Remboursement anticipé d’obligations

ASK souhaite lever entre 22,6 et 33,9 millions d’euros à l’occasion de sa cotation, dont la période de souscription est ouverte jusqu’au 25 juin 2014. Cette opération permettra dans un premier temps à la société de refinancer son bilan qui affichait seulement 0,15 million d’euros de capitaux propres au compteur au 31 décembre 2013 après plusieurs années consécutives de pertes, pour 17 millions d’euros d’endettement financier net. Le management va ainsi procéder au remboursement par anticipation de deux émissions d’obligations pour un montant total de 7,3 millions d’euros afin d’en minimiser le coût (taux de 10% pour l’une et de 4% pour l’autre) et résorber les comptes courants d’associés pour 1,7 million d’euros.

Les fonds levés seront également mobilisés pour financer l’acquisition des parts dans sa co-entreprise américaine pour un montant de 4,9 millions d’euros. Une fois ces opérations réalisées, la directrice financière Nathalie Gambade espère contracter de « nouveaux emprunts bancaires à moyen terme à des taux plus intéressants » qu’actuellement.

CA multiplié par 2,5 d’ici 2017 ?

Le solde de la levée de fonds sera alloué au développement de la société qui ambitionne de franchir la barre symbolique des 100 millions d’euros de chiffre d’affaires à fin 2017 contre 39,8 millions d’euros en 2013. Un objectif ambitieux puisqu’il implique une progression des ventes de 128% sur la période, soit un taux de croissance annuel moyen de 23%. Pour cela, ASK compte profiter de l’essor des solutions sans contact sur ses deux marchés.

ASK est un fabricant de composants électroniques embarqués (appelés « inlays ») qui permettent la communication sécurisée et sans contact. Ces composants sont principalement utilisés dans les titres de transport (le plus connu étant le pass Navigo en Ile-de-France) et les papiers d’identité (passeports électroniques). Ces inlays sont composés de 2 éléments clés, à savoir une antenne et un circuit intégré (une puce). La technologie développée par le groupe permet de venir imprimer une antenne en « encre argent » sur un substrat et de la connecter directement au silicium (puce), sans nécessité de module de protection. Par rapport aux techniques traditionnelles des concurrents utilisant généralement un fil de cuivre, le directeur général Julien Zuccarelli revendique « davantage de fiabilité ».

Stratégie de conquête

Sur le marché de la carte de transport sans contact d’une taille estimée à 500 millions d’euros à l’échelle mondiale, ASK compte capitaliser sur ses références déjà conquises. Le groupe a équipé plus de 100 villes dans le monde dont Paris, Mexico et Londres pour les plus connues ; il espère « faire la prise de villes nouvelles » de moindre importance. Les dirigeants comptent également sur l’essor du passage de certaines agglomérations au « 100% sans contact », mettant le bon vieux ticket à bande magnétique au rancart.

A côté de cette stratégie de conquête, les dirigeants veulent, au-delà de la fourniture des cartes aux opérateurs de transport ou aux collectivités, leur fournir des prestations supplémentaires dites de « personnalisation ». « L’idée est de gérer les données du consommateur, d’en faire un service additionnel récurrent comme nous le faisons déjà à Nantes, explique Julien Zuccarelli. Cette activité doit générer 20% du chiffre d’affaires à l’échéance du plan. » ASK espère aussi développer son offre sur le segment des lecteurs de cartes de transport.

Fournisseur des passeports américains

Sur le marché des passeports sécurisés, le groupe occupe la position d’équipementier de rang 2 : il fournit les grands intégrateurs mondiaux comme De La Rue, Oberthur, Gemalto ou les imprimeries nationales qui assemblent l’ensemble du document. Le chiffre d’affaires 2013 de la société sur cette activité a atteint 14,5 millions d’euros (+26,3%). Celui-ci augmentera sensiblement en 2014 si l’IPO réussit, dans la mesure où il intègrera 100% des 3,8 millions de revenus de la filiale américaine aujourd’hui comptabilisée en mise en équivalence. Celle-ci devrait livrer 3 à 4 millions d’unités par an pour les passeports américains contre 1,5 million au second semestre de 2013, année du lancement industriel de ce contrat phare. ASK, qui revendique 17% de part de marché, compte passer le cap des 25% à l’horizon 2017 en conquérant de nouveaux pays.

L’accroissement des volumes associé à la finalisation de la réorganisation de l’outil industriel (rapatriement de productions de l’Inde vers l’usine chinoise) doit permettre à ASK d’atteindre une rentabilité opérationnelle de 10% en 2017 après le passage du point d’équilibre attendu en 2014 par Bryan, Garnier & CO et Portzamparc, les établissements introducteurs de la société.

 

IPO de ASK : fiche de modalités

Libellé : ASK
Code ISIN : FR0011980077
Code Mnémonique : ASK
Marché de cotation : Euronext Paris, compartiment C
Fourchette de prix indicative : 7,70 à 9,30 euros (prix médian : 8,50 euros)
Calendrier de l’opération :
– 25 juin 2014 : clôture de la période de souscription
– 26 juin 2014 : fixation du Prix et allocation des actions
– 1er juillet 2014 : émission des actions, règlement-livraison
– 2 juillet 2014 : début des négociations sur Euronext