Assurance vie : l’immobilier dans un contrat Carac via une SCPI


La Carac a lancé Carac Perspectives Immo, un fonds d'épargne en immobilier d'entreprise de type SCPI. Objectif : proposer à ses adhérents une alternative au fonds en euros rémunératrice, qui permet de se tenir éloigné des aléas de la Bourse.  

l'immobilier

Le contrat d’assurance vie multisupports Carac Profiléo s’enrichit d’un fonds immobilier. Depuis le 5 janvier 2016, les adhérents de la mutuelle spécialisée dans l’épargne peuvent investir dans la SCPI Carac Perspectives Immo, en complément du support Sécurité en euros. La Carac entend ainsi proposer un placement a priori plus performant que le fonds en euros et moins risqué que les actions qui constituaient jusqu’à présent le seul moyen de dynamiser son contrat, via les fonds Carac Actions Zone Euro et Carac Actions Internationales ISR, exposés par nature aux aléas de la Bourse.

Objectif de rendement supérieur à 5% en 2016

« Carac Perspectives Immo apporte à l’adhérent une nouvelle solution équilibrée alliant performance supérieure au fonds euros et prise de risque très mesurée, expose Stéphane Macé, directeur responsable marketing et développement de la Carac. L’immobilier est un support rassurant et maitrisé par l’épargnant ». La Carac vise des rendements qui devraient situer le fonds « au-dessus de la moyenne des véhicules du même type », précise-t-il.

Pour 2016, la mutuelle espère afficher un taux de rémunération de plus de 5% pour sa SCPI (hors frais de gestion du contrat, NDLR). De quoi inciter les personnes jusque-là récalcitrantes à sauter le pas de la diversification sachant que dans Carac Profiléo, l’adhérent doit placer au minimum 25% de son épargne sur des supports exprimés en unités de compte.

Expérience de la Carac dans l’immobilier

Ce tournant pour les épargnants ne constitue pas pour autant un virage pour la Carac. L’organisme revendique une longue expérience dans la gestion d’un patrimoine immobilier. Son actif général (fonds de placement géré par la mutuelle pour assurer la garantie des sommes déposées sur le fonds en euros) comprend pour 800 millions d’euros d’immeubles, soit 7,5% de son portefeuille.

Si la gestion de la SCPI a été confiée à un tiers, la société indépendante Atream, la Carac a son mot à dire dans la stratégie d’investissement. Stéphane Macé évoque un « copilotage » des acquisitions d’immeubles qui devront répondre à un double objectif : dégager des rendements pérennes et offrir un potentiel de plus-value. Pour ne pas laisser dormir l’épargne récoltée et honorer la promesse d’une rémunération sympathique, Atream va investir en anticipation de la collecte. C’est dans cette optique qu’un portefeuille de commerces a d’ores-et-déjà été acheté fin 2015 pour 12,9 millions d’euros à Toulouse et dans son agglomération, avant l’ouverture de la première tranche de souscription.

La SCPI doit procéder à sa première distribution de revenus, sous la forme d’un acompte sur dividendes, le 15 juillet 2016.