Assurance vie : les contrats Internet plus dynamiques que la moyenne


Pour la première fois une enquête met en lumière l'essor de l'assurance vie en ligne. Apparus en 2000, les contrats vendus uniquement sur Internet pèsent à peine 1% du marché. Mais les montants gérés par les courtiers, banques et assureurs spécialisés croissent quatre fois plus vite.  

Assurance-vie sur internet : plus dynamiques que les autres

Près de 8 milliard d’euros. C’est le montant de l’épargne totale placée par des centaines de milliers d’épargnants à fin 2013 sur des contrats d’assurance vie en ligne. Précisément, l’encours se monte à 7,8 milliards d’euros répartis sur 23 contrats, selon les données compilées par ToutSurMesFinances.com à l’occasion des TOP 2014 de L’Assurance Vie en ligne organisés le 2 avril 2014 et d’autres sources concordantes. Un total représentatif d’environ 80% du marché, l’un des trois principaux opérateurs, Fortuneo, n’ayant pas communiqué ses chiffres-clés à fin 2013. Les deux autres, Boursorama et ING Direct, se taillent la part du lion avec des encours respectifs de 2,9 et 2,6 milliards d’euros sous gestion chacun.

Marché dominé par Boursorama, ING Direct et Fortuneo

Le marché de l’assurance vie sur Internet est donc dominé par trois banques en ligne, dont l’assurance vie n’est qu’un pilier mais pas le cœur de métier. C’est le plus souvent pour elles davantage un produit de fidélisation qu’un moyen de conquête de nouveaux clients, rôle davantage dévolu aux cartes bancaires gratuites ou aux super livrets. Derrière les trois majors, trois courtiers indépendants se partagent les accessits : Altaprofits, pionnier de l’assurance vie en ligne, LinXea et Finance Sélection (Mes Placements) avec plusieurs centaines de millions d’encours chacun, devant Generali Epargne, contrat directement vendu par l’assureur.

Autre enseignement : l’assurance vie vendue sur Internet croît beaucoup plus vite que le reste du marché. L’encours de notre échantillon dont les statistiques sont exploitables en 2012 comme en 2013 a progressé de 19% d’une année sur l’autre, soit 1,2 milliard d’euros de plus. Une forte croissance liée à la jeunesse des contrats (5 ans d’âge en moyenne) qui diminue de facto le volume de rachats, mais aussi à la notoriété grandissante des produits souvent plébiscités par la presse. Le poids plus important des supports financiers en unités de compte (25%) que le secteur dans son ensemble (16%, source FFSA) a également permis aux contrats en ligne de profiter de la bonne santé des marchés financiers (+18% pour l’indice CAC 40 en 2013).

Au final, l’encours des contrats Internet a augmenté quatre fois plus vite que celui du marché global de l’assurance vie, qui n’a progressé que de 4,6% à 1.462,7 milliards d’euros. Ce chiffre montre que l’assurance vie en ligne est loin d’avoir fait le plein : elle représente moins de 1% du stock d’épargne à fin 2013.

 

A lire aussi sur l’assurance vie en ligne
Assurance vie en ligne : toujours à la pointe de l’innovation