Assurance vie : vers un big bang fiscal pour financer les PME ?


Le Président de la République entend orienter davantage l'épargne investie dans l'assurance vie vers les investissements dans les fonds propres des entreprises.

 

Nicolas Sarkozy va-t-il remettre à plat la fiscalité de l’assurance vie pour financer les PME ? C’est ce que le Président de la République a laissé entendre dans le discours qu’il a tenu le mardi 25 janvier 2011 à Saint Nazaire sur la politique industrielle de la France.

« Nous sommes un des pays au monde qui a le plus fort taux d’épargne. […] Les entreprises n’ont pas assez de fonds propres pour se développer, pour investir et gagner des parts de marché », a-t-il souligné, rappelant le taux d’épargne de 17% qui « ne s’investit pas assez dans l’entreprise ».

Nicolas Sarkozy entend donc « tout mettre en œuvre pour que l’argent des Français aille s’investir dans l’industrie et dans l’entreprise ».

Vers un avantage fiscal conditionnel ?

« Je souhaite parler de l’assurance vie. Il faut que cette épargne longue s’investisse dans un actionnariat stable et de long terme des entreprises. Dans le cadre de la réforme de la fiscalité du patrimoine nous prendrons des initiatives pour orienter davantage les fonds de l’assurance vie vers les investissements dans les fonds propres des entreprises », a développé le Chef de l’Etat.

Et de conclure sur le sujet en estimant que « les avantages fiscaux des produits d’épargne doivent être justifiés par des motifs d’intérêt général ». Or pour lui « l’impératif d’intérêt général c’est de permettre aux entreprises industrielles d’obtenir les moyens financiers de leur développement ». on se souviendra que le sénateur UMP Philippe Marini a proposé à l’automne 2010 la création d’un nouvel étage de fiscalité au taux réduit de 5,5% pour les contrats investis en actions françaises ou européennes à hauteur d’au moins 15% et détenus plus de 10 ans.

Document
Vidéo de Nicolas Sarkozy sur l’épargne et le financement des PME (Source : Elysee.fr)