Axa IM est favorable aux actions européennes et au crédit américain


Axa IM, société de gestion d'actifs de la compagnie d'assurance Axa, apprécie les actifs risqués. Ses dirigeants mettent notamment l'accent sur les actions, accompagnées d'une protection à la baisse, mais aussi sur le crédit.

placement, salle des marchés, actions,

« Les deux facteurs qui ont fortement soutenu les actifs risqués le mois dernier, à savoir le rebond synchronisé des indicateurs économiques et la baisse du risque systémique en zone euro, devraient continuer à porter les marchés au cours des prochains mois », présagent Raphaël Gallardo, le responsable de la recherche macro-économiste d’Axa IM, et Franz Wenzel, son responsable de la recherche de Stratégie d’investissement dans leur publication mensuelle.

Dans ce contexte, les deux experts considèrent que « la hausse du prix du pétrole, reflétant le retour en force d’une prime de risque géopolitique, ne devrait pas gêner outre mesure la reprise aux Etats-Unis et en Asie, soutenue par l’embellie sur le front de l’emploi ». Suite à cette prévision, Raphaël Gallardo et Franz Wenzel renforcent leur exposition aux actions et au crédit.

Décote des actions européennes

Au sein des actions, ils privilégient les actions européennes au détriment des actions américaines. Selon eux, la zone euro apparaît décotée de 16% par rapport au reste du marché. Ils maintiennent également une opinion à « surpondérer » sur les actions des pays émergents. « La croissance des ventes, soutenue par une demande domestique robuste, associée à des marges qui restent élevées, devraient permettre de conforter la croissance des bénéfices », relèvent les deux analystes. Par ailleurs, ils recommandent au minimum une couverture partielle sur les actions contre le risque de baisse.

Préférence pour le crédit américain

Concernant les obligations, le crédit reste leur classe d’actifs favorite. « Le portage, les conditions de liquidité et par-dessus tout le retour de l’appétit pour le risque sont autant de facteurs qui devraient continuer à soutenir cette classe d’actifs », indiquent Raphaël Gallardo et Franz Wenzel. Par conséquent, ils confirment leur préférence pour les obligations d’entreprises classées « Investment Grade » (obligation de bonne qualité) par rapport aux obligations souveraines au sein d’un portefeuille obligataire. « Nous pensons préférable de ne pas mettre tous nos œufs dans le même panier et suggérons de miser plutôt sur les Etats-Unis pour le crédit », précisent les deux experts d’Axa IM sur l’allocation géographique.