Blue Solutions en Bourse : des risques dans l’air, avertit Bolloré


Blue Solutions, la filiale du Groupe Bolloré spécialisée dans la fabrication de batteries pour véhicules électriques, va entrer en Bourse le 30 octobre 2013. Un placement potentiellement lucratif mais très risqué, prévient l'homme d'affaires breton Vincent Bolloré.

l'usine de bollore solutions

 

Un épargnant avertit en vaut deux. Vincent Bolloré n’a eu de cesse de répéter qu’acheter des actions du fabricant de batteries constituait un placement risqué, lors de la présentation à la presse le 17 octobre 2013 de l’introduction en Bourse de Blue Solutions. C’est pourquoi seules 10% des 2,8 millions d’actions proposées à partir du 30 octobre 2013 sur le marché réglementé de Nyse Euronext Paris seront réservées aux particuliers, a souligné le PDG du Groupe Bolloré, la maison-mère de Blue Solutions. Les 90% restants proposés dans le cadre de l’IPO (acronyme d’introduction en bourse en anglais) sont destinées à 160 investisseurs « nationaux et internationaux », a précisé l’homme d’affaires, très en verve. La cotation de Blue Solutions vise à la fois à mieux faire connaître la société et à lui donner les moyens financiers de se développer.
Les batteries produites par Blue Solutions dans ses deux usines, situées au Canada et à Ergué-Gabéric (Finistère), sont basées sur la technologie Lithium métal polymère (LMP) développée par Bolloré. Comparées aux batteries Lithium-ion qui équipent actuellement la quasi-totalité des véhicules électriques dans le monde, les batteries LMP présentent l’avantage d’être moins lourdes et d’offrir une plus grande autonomie (250 kilomètres, contre 150 kilomètres pour une Lithium-ion).

 

Rentabilité brute prévue fin 2014

C’est d’ailleurs pour démontrer la fiabilité de la technologie LMP que le Groupe Bolloré à lancer le service d’auto-partage Autolib’. Avec succès puisqu’après Paris, un parc de voitures électriques vient d’être inauguré à Lyon, en attendant Bordeaux et Indianapolis aux Etats-Unis. Il est à noter qu’Autolib’, tout comme les autres « applications » (Bluebus, Bluetram, Blueboat, Bluehouse…), ne fait pas partie de Blue Solutions mais de Blue Applications, une autre filiale du Groupe Bolloré.
Vincent Bolloré croit dur comme fer au potentiel de développement des solutions de stockage d’énergie de Blue Solutions, notamment dans les pays sous-développés où les réseaux électriques sont déficients. La capacité de production des deux usines devrait passer de 1.035 batteries en 2013, à 3.000 batteries en 2014 et à près de 6.000 en 2017. Dans le même temps, le chiffre d’affaires de Blue Solutions, qui emploie 316 salariés (dont 159 en France), devrait s’élever à 42 millions d’euros, à 105 millions d’euros en 2014 et à un peu plus de 200 millions en 2017. L’équilibre financier pourrait être atteint au second semestre de 2014 au niveau de l’excédent brut d’exploitation (Ebitda). A fin 2017, la société vise un Ebitda compris dans une fourchette de 50 à 70 millions d’euros.

 

Entre 12 et 14,50 euros par action

Autant de perspectives prometteuses mais… fragiles. « Des centaines de groupes dans le monde sont en train d’investir des millions de dollars pour améliorer les performances des batteries Lithium-ion. Notre technologie LMP pourrait être dépassée dans 30 ans ou dans seulement 6 mois. Or, comme toute entreprise technologique, si une solution meilleure à la nôtre est commercialisée, Blue Solutions risque de disparaître », avertit Vincent Bolloré. D’où les appels de prudence répétés du milliardaire.
Pour ceux qui veulent quand même tenter le coup, le prix de l’action Blue Solutions doit être fixé le 29 octobre 2013. La fourchette indicative est comprise entre 12 et 14,50 euros par action. En attendant, les actions peuvent être commandées auprès de sa banque ou de courtiers en Bourse. Elles seront éligibles au PEA (plan d’épargne en actions) et même au futur PEA-PME. La cotation qui concerne au total (institutionnels compris) 10% du capital de l’entreprise s’achèvera le 30 octobre 2013. Toutefois, en cas de succès, 1% du capital supplémentaire pourrait être mis sur le marché jusqu’au 27 novembre. Le prospectus de l’introduction est disponible sur les sites de l’Autorité des marchés financiers (AMF) et de Blue Solutions.
Les investisseurs téméraires devraient être récompensés. Vincent Bolloré a promis une politique généreuse de dividendes (40% à 50% du prix de l’action). « Le gros des investissements ont déjà été réalisés », a assuré le « tycoon » breton. Les sites de production ont ainsi été conçus pour répondre à une demande de 32.500 batteries. De quoi pouvoir éviter tous retards de livraison en cas de succès de la technologie LMP.

 

A lire aussi :

PEA-PME : conditions, fonctionnement et fiscalité du PEA dédié aux PME-ETI