Bourse de Paris : les valeurs cycliques relancent le CAC 40


Les craintes de la veille ont laissé place à l'espoir d'un maintien des politiques accommodantes des banques centrales, avant une réunion du conseil des gouverneurs de la BCE. Les valeurs cycliques affichent les plus fortes progressions, à commencer par le secteur automobile. Le CAC 40 clôture avec un gain de 0,46%, à 4.695,10 points.  

Rassurée, la Bourse de Paris repasse dans le vert

 

Les valeurs automobiles profitent de perspectives plus favorables concernant les politiques monétaires. L’équipementier Valeo caracole ainsi en tête du CAC 40 et progresse de 2,81%, tandis que Peugeot (+ 1,85%) prend la quatrième place. L’électronicien Thalès (+ 3,85%), qui a fait part d’un bond de ses prises de commandes sur neuf mois et confirmé tous ses objectifs financiers, termine premier de l’indice SBF 120.

La valeur du 21 octobre 2015 : Eiffage

La société de BTP a publié le chiffre d’affaires consolidé de sa filiale autoroutière APRR, qui s’élève à 635,9 millions d’euros pour le compte du troisième trimestre, en croissance de 3,3%. Sur neuf mois, son activité progresse de 2,9%, à 1,69 milliard d’euros. Les péages, qui ont rapporté 1,64 milliard d’euros sur la période, représentent la quasi-totalité des revenus.

APRR a enregistré en outre une hausse de 2,6% du trafic, calculé à partir du nombre de kilomètres parcourus par les usagers. Dans le détail, le trafic des véhicules légers a augmenté de 2,6% et celui des poids lourds de 2,5%. Le titre grimpe de 3,02%, à 57,57 euros, et finit troisième du SBF 120.

Areva prévoit de supprimer 2.700 postes en France d’ici 2017

Dans un communiqué, le spécialiste du nucléaire a indiqué que sa réorganisation se traduirait par 2.700 postes supprimés en France d’ici à 2017, « en ligne avec l’objectif de 3.000 à 4.000 suppressions de postes annoncé en mai dernier, du fait des départs déjà enregistrés hors plan depuis le début de l’année ». Areva prévoit de réduire de 4.000 à 5.000 postes ses effectifs sur l’ensemble du groupe d’ici à 2017.

La société veut se recentrer sur le « cycle des matières nucléaires », dans le cadre de son projet du « Nouvel Areva », tandis que l’opérateur public EDF doit devenir actionnaire majoritaire de son activité « réacteurs nucléaires » (Areva NP). Le cours de l’action décolle de 8,83%, à 6,58 euros.

Renault : l’Etat français a eu l’accord du Japon pour monter au capital

La France s’est assurée de l’accord prudent du Japon au moment d’accroître sa participation dans la marque au losange, rapporte Reuters. Il y a ainsi eu un échange de lettres entre les ministres de l’Economie des deux pays. L’Etat français a acquis en avril 14 millions d’actions supplémentaires de Renault.

Si sa montée au capital est censée être provisoire, elle lui permettra d’augmenter son pouvoir dans l’entreprise de manière permanente en avril 2016, grâce à l’octroi de droits de vote doubles en vertu de la loi Florange.

Carlos Ghosn, le PDG de Renault-Nissan, s’oppose à un renforcement de l’influence de l’Etat dans le groupe et a mis en garde contre un risque de déséquilibre de l’alliance entre les deux constructeurs. Renault détient 43,4% de son partenaire japonais, quand Nissan ne possède que 15% de la société française. La valeur prend 1,13%, à 78,92 euros.

Technicolor annonce une augmentation de capital

Le groupe spécialisé dans les technologies pour la télévision et le cinéma a annoncé une augmentation de capital d’environ 277 millions d’euros. Elle s’effectuera sur la base de l’attribution d’une action nouvelle pour sept existantes, pour un prix de souscription fixé à 4,70 euros par action émise.

Par ailleurs, Technicolor a réalisé un chiffre d’affaires de 876 millions d’euros au troisième trimestre 2015, en croissance de 3,2% à taux de change constants et hors activités abandonnées. Son activité progresse de 0,5% sur les neuf premiers mois de l’année, à 2,45 milliards d’euros. La société a confirmé ses objectifs pour l’ensemble de l’exercice. Le cours de Bourse s’octroie 1,45%, à 6,74 euros.

BIC : ralentissement de la croissance au troisième trimestre

Le groupe diversifié a publié un chiffre d’affaires de 1,68 milliard d’euros au titre des neuf premiers mois de l’exercice 2015, en croissance organique de 5,8%. Rien que pour le troisième trimestre, son activité s’affiche en progression de 4,8%. En revanche, le pôle « BIC Graphic », qui correspond aux produits publicitaires et promotionnels, ressort en repli de 3,4% et stagne sur neuf mois.

Les ventes de son pôle « Grand public », qui comprend la papeterie, les briquets et les rasoirs, s’améliorent quant à elles de 6,2% au troisième trimestre pour une croissance de 6,6% enregistrée sur la période allant de janvier à septembre. La marge d’exploitation du groupe, hors éléments non récurrents, s’est accrue de 20,4% sur neuf mois. Mais elle recule de 0,9% pour le pôle « BIC Graphic ».

Pour l’ensemble de l’année, la société prévoit un chiffre d’affaires en croissance organique de 4 à 5%, ainsi qu’une marge opérationnelle en légère augmentation. Le titre cède 0,07%, à 138,80 euros.