Bourse : l’automobile dérape et le CAC 40 va dans le mur


Après un sursaut hier, la Bourse de Paris dévisse dans le sillage des marchés asiatiques et le CAC 40 cède 2,18%, à 4.250,28 points. Le recul des commandes à l'industrie en Allemagne fait craindre un ralentissement plus global de la première économie de la zone euro. Les valeurs automobiles et liées aux matières premières chutent, à l'image de Peugeot et d'ArcelorMittal.

Toutes les valeurs du CAC 40 terminent dans le rouge

La valeur du 5 avril 2016 : PSA Peugeot Citroën

Le constructeur table sur une marge opérationnelle courante de 4% sur la période 2016-2018 pour sa division automobile et de 6% en 2021, dans le cadre de son nouveau plan stratégique « Push to Pass ». Sa marge s’est élevée à 5% l’an dernier. La direction vise également une croissance de 10% du chiffre d’affaires à taux de change constants entre 2015 et 2018, et de 15% d’ici à 2021.

Le groupe a par ailleurs annoncé qu’il versera de nouveau un dividende à partir de l’exercice 2016, avec un taux de distribution de 25%. Le dernier dividende octroyé à ses actionnaires remonte à 2011 pour le compte de l’exercice 2010. Les annonces de PSA ne convainquent par les investisseurs et le titre Peugeot chute de 6,51%, à 13,72 euros, pour finir lanterne rouge du CAC 40.

La Société générale aurait créé 979 sociétés offshore

La banque française fait partie des cinq établissements qui ont créé le plus grand nombre de sociétés offshore par l’intermédiaire du cabinet d’avocats Mossack Fonseca, a dévoilé Le Monde en s’appuyant sur les données « Panama Papers », les archives de la firme panaméenne qui ont fuité.

« Au total, la Société générale compte à son actif 979 sociétés offshore, immatriculées par Mossack Fonseca, derrière la britannique HSBC (2.300 sociétés), les suisses UBS (1.100 sociétés) et Crédit Suisse (1.105 sociétés), toutes trois poursuivies dans des scandales de fraude fiscale », écrit le quotidien. Le cours de Bourse abandonne 4,29%, à 31,09 euros.

ArcelorMittal : succès de l’augmentation de capital de 3 milliards de dollars

Le producteur d’acier a bouclé son augmentation de capital de trois milliards de dollars, soit environ 2,7 milliards d’euros, annoncée début février dans le but de réduire son endettement et de renforcer son bilan. Malgré la forte décote proposée par le sidérurgiste par rapport au cours de son titre, 1,6 milliard d’actions nouvelles ont été souscrites, soit « un taux de souscription total de 126,9% », précise le management dans un communiqué. La valeur plonge de 6,05%, à 3,97 euros, et termine avant-dernière du CAC 40.

Accor a acquis Onefinestay pour 148 millions d’euros

L’opérateur hôtelier a racheté Onefinestay, spécialisé dans la location de résidences de luxe avec des services d’hôtellerie. Le montant de cette acquisition s’élève à 148 millions d’euros. AccorHotels compte en outre investir 64 millions d’euros pour accélérer le développement international de la start-up, qui gère déjà un portefeuille de 2.600 demeures aux Etats-Unis et en Europe. Le titre lâche 1,36%, à 36,40 euros.

Vivendi devrait mettre la main sur Mediaset Premium

Les bases d’un accord entre la société de communication tricolore et le groupe italien Mediaset seraient « arrêtées », selon Les Echos qui cite une source proche du dossier et confirme les informations de la presse transalpine. Un échange de participation de 3,5% devrait avoir lieu et le bouquet de chaînes payantes Mediaset Premium passerait sous le contrôle de Vivendi. Le titre cède 1,34%, à 18,11 euros.