Bourse : le CAC 40 en repli malgré la performance de LVMH


La Bourse de Paris continue de dégringoler en dépit d'une remontée du cours du baril de Brent. Le CAC 40 perd encore 1,33%, à 4.226,96 points, et les valeurs bancaires sont de nouveau délaissées. LVMH et Unibail-Rodamco bénéficient en revanche de leurs résultats annuels et s'affichent en progression.

Le CAC 40 poursuit dans le rouge

La valeur du 3 février 2016 : LVMH

Le leader mondial des produits de luxe a enregistré 35,66 milliards d’euros de ventes annuelles, en croissance de 16% dont 6% en organique. Toutes les activités du groupe s’inscrivent en progression. Les marchés américain, européen et japonais affichent « un fort dynamisme », précise la direction dans un communiqué.

LVMH a également réalisé un bénéfice opérationnel courant en hausse de 16% par rapport à 2014, à 6,61 milliards d’euros. En 2016, la société entend rester sur la même dynamique de croissance pour l’ensemble de ses métiers. Lors de l’Assemblée générale du 14 avril, l’entreprise doit proposer un dividende en augmentation de 11% à ses actionnaires, à 3,55 euros par action.

Le titre bondit de 4,51%, à 151,75 euros, et caracole en tête du CAC 40. Les résultats de LVMH tirent vers le haut les autres groupes de luxe, à l’image d’Hermès (+ 2,73%) qui se hisse à la troisième place de l’indice SBF 120.

Unibail-Rodamco : un résultat net par action meilleur qu’escompté

La société foncière, spécialisée dans l’immobilier commercial, a publié pour 2015 un résultat net récurrent par action en repli de 4,2%, à 10,46 euros. Cette performance est néanmoins supérieure à ses prévisions annoncées en janvier de l’année dernière. Ses revenus locatifs nets reculent de 0,8%, à 1,45 milliard d’euros. A périmètre constant, ils augmentent en revanche de 3,2%. La valeur grimpe de 3%, à 231,65 euros, et prend la deuxième place du CAC 40.

Vallourec : l’Etat participera pour 300 millions d’euros à l’augmentation de capital

L’Etat participera à hauteur de 300 millions d’euros, via la Banque publique d’investissement (Bpifrance), à l’augmentation de capital d’un milliard d’euros du fabricant de tubes sans soudure, précise Emmanuel Macron dans un entretien accordé au Figaro.

Le ministre de l’Economie rappelle que le groupe fait face à « une double crise », celle du secteur pétrolier qui entraîne « un effondrement de ses commandes » et celle de la sidérurgie européenne « confrontée à des pratiques chinoises de dumping intolérables ». Il estime, par ailleurs, que « la réaction de l’entreprise à ses difficultés a été tardive ». Le cours de l’action abandonne 3,06%, à 3,99 euros.

Veolia rachète une entreprise américaine pour 350 millions de dollars

L’entreprise de services collectifs, experte dans la gestion de l’eau et des déchets, a fait l’acquisition de la société américaine Kurion, spécialisée dans les technologies d’assainissement nucléaire. Le montant de ce rachat s’élève à 350 millions de dollars. Veolia espère ainsi développer « une filière industrielle de premier plan » pour l’assainissement des équipements nucléaires et le traitement des déchets de faible radioactivité. Le titre cède 1,25%, à 22,08 euros.

CGG : nouveau contrat en Colombie

L’entreprise parapétrolière, spécialisée dans l’exploration des sous-sols, a été sélectionnée pour l’extension d’une étude sismique 3D au large de la côté caribéenne de la Colombie. Ce contrat fait suite à une étude initiale de plus de 16.000 km² menée par la société française et qui s’est achevée avec succès fin 2015. Le cours de Bourse chute néanmoins de 8,57%, à 0,64 euros, et CGG finit dernier du SBF 120.