Bourse : le CAC 40 marque une pause, LafargeHolcim en tête de l’indice


Après cinq séances de hausse consécutives, le CAC 40 marque le pas et s'affiche en très léger repli, de 0,20%, pour clôturer la séance du jeudi 3 mars 2016 à 4.416,08 points. LafargeHolcim profite des spéculations pour prendre la tête de l'indice phare de la Bourse de Paris.

Le CAC 40 stagne au-dessus des 4.400 points

La valeur du 3 mars 2016 : LafargeHolcim

Le cimentier franco-suisse bénéficie de nouvelles spéculations sur la vente de ses actifs en Inde. L’homme d’affaires Ajay Piramal a engagé des discussions en vue d’un rachat des activités de la société dans le pays, rapporte notamment The Economic Times en s’appuyant sur des sources proches du dossier.

La perspective de mesures de soutien économique supplémentaires de la part de la Banque centrale européenne (BCE) profite également à LafargeHolcim, dont la valeur bondit de 4,29%, à 39,39 euros, pour finir en tête du CAC 40.

Sanofi chute après les craintes exprimées par Moody’s

Le titre du laboratoire pharmaceutique accuse la plus forte baisse du CAC 40. Plus globalement, le secteur européen de la santé s’inscrit en fort repli après que l’agence de notation Moody’s a pointé les risque croissants de pression sur les prix dans l’industrie pharmaceutique. La valeur du groupe français chute de 2,47%, à 71,83 euros, pour terminer lanterne rouge du CAC 40.

Peugeot : l’Etat ne compte pas se retirer du groupe selon Tavares

Le président du constructeur automobile, Carlos Tavares, a assuré à Challenges ne voir « aucun signe, proche ou lointain, d’une intention de l’Etat de se retirer de PSA ». Il dément ainsi une information datant de mi-février de l’agence Bloomberg, selon laquelle l’Etat est prêt à se désengager du groupe dont il détient 14% du capital. Bercy avait répondu sans attendre que « ce n’est pas à l’ordre du jour ». La valeur s’adjuge 3,41%, à 15,03 euros, et figure à la deuxième place du CAC 40.

Arkema : excédent brut d’exploitation en forte hausse en 2015

L’expert de la chimie de spécialités et des matériaux de performance a fait part d’un chiffre d’affaires de 7,68 milliards d’euros en 2015, en croissance de 29% par rapport à 2014, notamment grâce à l’acquisition du fabricant de colles et d’adhésifs Bostik.

L’excédent brut d’exploitation (Ebitda) ressort également en hausse de 34,8%, à 1,06 milliard d’euros. Pour 2016, la direction indique être confiante dans la capacité de l’entreprise à « faire progresser » de nouveau cet indicateur. Le titre décolle de 8,79%, à 63 euros, et prend la deuxième place de l’indice SBF 120.

CGG veut réduire sa dette en 2016

Le géophysicien a creusé ses pertes en 2015 et sa dette nette s’établit à 2,5 milliards de dollars à fin décembre, contre 2,42 milliards en 2014. En 2016, la société parapétrolière entend ramener sa dette en-dessous de 2,4 milliards de dollars.

L’entreprise réfléchit par ailleurs à un regroupement de ses actions afin de réduire la volatilité de son cours de Bourse, indique Reuters. Le titre CGG grimpe de 3,03%, à 0,68 euros.